Selon la version des actuels membres du C.A., Patrick Beaudry n'a jamais fourni à ce jour une «comptabilité claire» de l'OBNL nommé AVAT, organisme chargé de recevoir les dons au nom de La Meute.

Les finances de La Meute jugées trop opaques

Le manque de transparence sur la gestion des fonds est au coeur du conflit entre les administrateurs du groupe identitaire La Meute qui a mené à un vote de désaveu contre l'un des fondateurs, Patrick Beaudry. Mais la guerre fratricide ne devait pas durer longtemps, puisque les protagonistes des deux clans faisaient la paix dès dimanche dans une vidéo publiée sur Internet.
Les nouveaux membres élus au conseil d'administration ont donné leur version des faits sur la crise qui secoue le controversé groupe en publiant une lettre sur leur page Facebook. 
«Le manque de transparence chronique sur la gestion des fonds recueillis par l'AVAT [NDLR : nom du premier organisme à but non lucratif (OBNL) présidé par Patrick Beaudry], en principe au profit de La Meute, a mené avec le temps à un bris de confiance entre la majorité du Conseil et Patrick Beaudry. En conséquence, le conseil du groupe Facebook La Meute a majoritairement décidé de se dissoudre. Bien qu'il n'y ait visiblement pas eu de fraude ou de malversation, une majorité des membres du conseil se sont sentis floués en raison de l'échelle des priorités décidée unilatéralement par Patrick Beaudry pour le remboursement des dépenses», peut-on lire.
Selon la version des actuels membres du conseil, Patrick Beaudry n'a jamais fourni à ce jour une «comptabilité claire» de l'OBNL nommé AVAT, organisme chargé de recevoir les dons au nom de La Meute. Le conflit s'est envenimé lorsque certains élus du conseil ont voulu partager avec d'autres membres les documents sur l'état des comptes. Une initiative à laquelle M. Beaudry aurait répondu par une mise en demeure.
Nouvelle entité
Cela explique mieux, comme l'annonçait Le Soleil dans son édition de dimanche, la création d'une toute nouvelle entreprise nommée Groupe La Meute inc., enregistrée au Registre des entreprises du Québec et immatriculée le 8 septembre dernier. Le porte-parole de La Meute, Sylvain «Maikan» Brouillette, est identifié comme premier actionnaire. Les deux autres actionnaires sont Éric Proulx et Stéphane Roch, deux membres haut placés qui s'occupent entre autres de la gestion de la page Facebook publique du groupe. Sur la fiche de l'entreprise disponible en ligne, la nouvelle compagnie s'identifie comme un «groupe de pression politique». 
Il y a aussi eu élection d'un nouveau conseil provisoire pour une période de six mois auquel ne participe pas Patrick Beaudry. Ses administrateurs affirment maintenant se dissocier du cofondateur. De plus, ils disent avoir acquis «la propriété intellectuelle du logo et du nom de La Meute par cession de droits d'auteur, ainsi que le site Web officiel de la Meute.»
Il faut savoir que le groupe La Meute a été fondé par Éric Venne (Corvus) en octobre 2015. Il détenait les droits d'auteur sur le logo qu'il avait lui-même créé. M. Venne a été expulsé pour une raison toujours inconnue à ce jour.
Dans une publication sur sa page Facebook, M. Beaudry écrivait samedi que les membres influents Sylvain Brouillette, Éric Proulx et Stéphane Roch avaient pris le contrôle de la page Facebook du groupe, de son site Internet, de la boutique en ligne et auraient usé du logo. Il les accuse d'avoir pris possession des moyens de communication de La Meute et exhorte les membres à ne pas se laisser avoir par cette «arnaque».
Contre toute attente, dimanche soir, Patrick Beaudry et Sylvain Brouillette sont apparus côte à côte dans une vidéo Facebook qui semble destinée à apaiser les esprits. «Ce qui arrive présentement, je pense que c'est le résultat de la fatigue accumulée et d'un gros manque de communication», mentionne notamment Maikan. «On est ici pour se parler et essayer de mieux se comprendre.»