Le ministre de l'Éducaton, Sébastien Proulx, et la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, ont tenu à offrir leurs condoléances à la famille de Paul Gérin-Lajoie.

Les élus honorent la mémoire de Paul Gérin-Lajoie

Suivi par plusieurs élus de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation et ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, a rendu hommage lundi au tout premier ministre de l’Éducation du Québec, Paul Gérin-Lajoie, décédé lundi.

«Quelle triste nouvelle que le décès de M. Paul Gérin-Lajoie. Il a été l’un des principaux artisans des profonds changements apportés au système d’éducation du Québec. Si notre système est ce qu’il est aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à lui», explique-t-il dans un communiqué.

Soulignant que de suivre les traces d’un tel homme est une fierté pour lui, le ministre Proulx a rappelé ses nombreux sacrifices pour la société québécoise. «Depuis 1987, il se consacrait entièrement à la fondation qu’il a mise sur pied pour contribuer à l’éducation de base des enfants. Par sa précieuse implication tout au long de sa vie, il aura été un modèle pour plusieurs.»

LIRE AUSSI: L'ancien ministre Paul Gérin-Lajoie s'éteint à 98 ans

Le premier ministre, Philippe Couillard, n’a d’ailleurs pas tardé lui aussi à écrire un mot en l’honneur de l’ancien ministre libéral. «Un personnage d’envergure historique à l’origine du Québec moderne disparaît aujourd’hui, au lendemain de notre fête nationale.»

Lundi, le premier ministre s’est entretenu avec François, le fils de Paul Gérin-Lajoie. «Le Québec de 2018 doit beaucoup à Paul Gérin-Lajoie. Cette reconnaissance traversera notre époque et les générations futures. Au nom des Québécois et des Québécoises, j’offre mes plus sincères condoléances à sa famille», conclut M. Couillard.

La vice-chef du Parti québécois, Véronique Hivon, a pour sa part tenu à remercier le «grand homme» qu’est pour elle le père de l’éducation démocratisée et accessible. «Le plus grand hommage que nous pourrions vous rendre, c’est que le Québec tout entier fasse réellement de l’éducation sa priorité nationale», a-t-elle tweeté

Même son de cloche pour le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, qui a lui aussi parlé de l’ex-politicien comme d’un grand homme, un bâtisseur d’État, un humaniste et un modèle. «Avec audace, énergie et talent, Paul Gérin-Lajoie a guidé le Québec moderne sur les chemins de l’éducation, de la culture, de la valorisation du français, des relations et de la solidarité internationales», a affirmé le chef péquiste.

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine, Hélène David, a souligné de son côté l’apport de Paul Gérin-Lajoie pour l’éducation dans les pays moins aisés. 

«C’est un humaniste remarquable. Il s’est consacré corps et âme à l’éducation des pays en voie de développement, et son engagement n’a eu d’égale que sa détermination à les soutenir et à les accompagner pour construire des sociétés plus éduquées. Ce grand Québécois aura marqué notre histoire», tranche-t-elle, visiblement émue par la nouvelle.

Doctrine Gérin-Lajoie

Aux yeux de Christine St-Pierre, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, un hommage tout particulier était nécessaire dans le contexte. «C’est aussi le père du grand ministère que j’ai le privilège et la fierté de diriger actuellement. C’est grâce à sa vision d’un État moderne, tourné vers l’avenir, qu’est née la doctrine Gérin-Lajoie. Aux yeux de ce visionnaire, [cela] était essentiel pour que le Québec puisse réaliser son plein potentiel et qu’il puisse dorénavant s’engager dans les domaines qui relèvent de ses compétences constitutionnelles auprès des acteurs internationaux», explique-t-elle.

«Paul Gérin-Lajoie était un grand Québécois, qui demeure une source d’inspiration pour moi. Mes plus sincères sympathies à sa famille et à ses proches», a quant lui commenté François Legault, le chef de la Coalition avenir Québec:

Au dire de Justin Trudeau, enfin, les contributions immenses et historiques de Paul Gérin-Lajoie à la vie publique et à l’éducation auront contribué — autant au Québec que dans le monde — à améliorer l’avenir de plusieurs jeunes et à renforcer notre société, a noté le premier ministre du Canada sur Twitter.