En 2019, une forte proportion des utilisateurs ont marché pour se rendre à l’écocentre mobile avec leurs matières, même si les sacs pesaient quelques kilos, alors qu'en 2018 de longues files d'attente en automobile étaient fréquentes.
En 2019, une forte proportion des utilisateurs ont marché pour se rendre à l’écocentre mobile avec leurs matières, même si les sacs pesaient quelques kilos, alors qu'en 2018 de longues files d'attente en automobile étaient fréquentes.

Les écocentres reprendront la route cet été

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Satisfaite d’avoir détourné des poubelles quelque 25 tonnes de piles, pots de peinture et appareils électroniques en seulement 8 jours l’été dernier, la Ville de Québec relancera sur la route ses écocentres mobiles au cours des prochaines semaines.

«Comme en 2019, la Ville de Québec compte tenir huit journées de L’Écocentre mobile en 2020», note la conseillère en communication Mireille Plamondon. Sauf que le coronavirus SARS-CoV-2 a chamboulé le calendrier: «Les dates précises ne sont pas définitives et pourraient être modulées en fonction de l’évolution de la situation en lien avec la pandémie de COVID-19.» Les résidents des quartiers centraux devront donc être à l’affût.

L’expérience tentée une première fois en 2019 dans les secteurs densément peuplés de la capitale est donc jugée concluante. Il faut dire que la collecte a été bonne, selon les statistiques transmises par Mme Plamondon : 

  • Plus de 12 tonnes de résidus domestiques dangereux (RDD) récupérées, dont 1 tonne de piles et près de 7,5 tonnes de peinture;
  • 12,5 tonnes d’appareils électroniques et électriques récupérées;
  • Au total : 25 tonnes collectées en 8 jours.

Pas question, toutefois, de se débarrasser d’un vieux meuble ou de débris de construction dans les écocentres mobiles. «Un citoyen apportant une matière volumineuse (un matelas ou un divan par exemple) dans une remorque sera invité à aller directement vers un écocentre permanent où l’organisation des lieux permet une prise en charge plus adaptée de ce type de matière», explique la Ville dans son site web.

Les ampoules fluocompactes, produits d’entretien ménager, solvants, nettoyants à four et autres bouteilles arborant les logos avec un squelette, des flammes ou une explosion sont toutefois récupérés. Tout comme le lecteur de VHS obsolète et les petites bouteilles de propane de camping.

Aussi, en 2019, une forte proportion des utilisateurs ont marché pour se rendre à l’écocentre mobile avec leurs matières, même si les sacs pesaient quelques kilos.

Pour les amateurs de chiffres, Mireille Plamondon nous en livre quelques autres !

  • 2 279 visites l’an dernier (moyenne de 285 par écocentre, 36 visites/heure);
  • Moyenne de 11 kg de matières par visite;
  • 51 % des gens sont venus à pied (Saint-Roch et Saint-Jean-Baptiste = 87 % et 70 %);
  • 45 % en voiture;
  • 3 % en vélo;
  • 1 % en autobus;

Intéressés ? Vous trouverez les détails par ici

À LIRE AUSSI : Les écocentres prendront la route au printemps