«Des gens de partout au pays viennent exposer leur collection», indique Jacques Poitras, président de la Fédération québécoise de philatélie.

Les correspondances coloniales se dévoilent

Des vestiges de la période de la colonisation nord-américaine seront mis en valeur en fin de semaine à l’occasion du 70e congrès annuel de la British North America Philatelic Society. L’exposition fait un retour à Québec après 40 ans d’absence.

Cet événement se veut un rassemblement de dizaines de collectionneurs de timbres d’époque, mais aussi de lettres datant de l’époque coloniale en Amérique du Nord. 

«Ça peut être des timbres de l’époque précédant la Guerre d’indépendance américaine, des colonies des Bahamas, des lettres de coureurs des bois. Il y a des gens de partout au pays qui viennent exposer leur collection», indique Jacques Poitras, président de la Fédération québécoise de philatélie (FQP).

Rigueur du climat

Ce dernier ajoute qu’il est fascinant d’en apprendre plus sur l’histoire postale de cette époque. Une période où la transmission de messages pouvait être très longue, et parfois infructueuse notamment en raison du climat rigoureux en Amérique du Nord.

Ce 70e congrès souligne également le 100e anniversaire de trois grands événements historiques, à savoir l’armistice de 1918 qui a mis fin à la Première Guerre mondiale, le premier vol postal officiel du Canada et l’adoption de la Loi ayant pour objet de conférer le droit de suffrage aux femmes (S.C. 1918, ch. 20), qui donne aux Canadiennes le droit de vote aux élections fédérales.

L’exposition regroupe 47 collections représentant un total de 2560 timbres et lettres.

L’événement se déroule du 21 au 23 septembre à l’hôtel Plaza Québec.