Les coopératives d'information de CN2i confirment l'accélération de leur virage numérique

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Les coopératives des six quotidiens régionaux adoptent un plan d’action qui vise l’accélération du virage numérique. Cette décision entraîne la suspension définitive des éditions imprimées des journaux du lundi au vendredi, mais le maintien de leur version papier du samedi.

Les six quotidiens — Le Droit (Ottawa/Gatineau), Le Nouvelliste (Trois-Rivières), Le QuotidienLe Progrès (Saguenay/Lac-St-Jean), Le Soleil (Québec), La Tribune (Sherbrooke) et La Voix de l’Est (Granby) — avaient temporairement arrêté la publication de leur édition imprimée en semaine à la fin du mois de mars, lorsque la crise sanitaire a éclaté. Les coops n’ont pas échappé aux conséquences financières entrainées par la COVID-19. 

L’édition imprimée du samedi demeure maintenue, pour les six journaux. 

«Partout, nous avons des messages enthousiastes de gens qui disent apprécier l’offre enrichie du samedi, qui donne de la lecture et du divertissement pour plusieurs jours. Ils apprécient aussi le nouvel équilibre que notre approche crée entre l’actualité d’heure en heure sur les sites Web, l’édition quotidienne sur nos applications mobiles, et les contenus approfondis et diversifiés de l’édition imprimée du samedi», indique Stéphane Lavallée, directeur général de Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i).

Vers le numérique 

Le plan d’action 2020-2021 prévoit d’intensifier l’offre de contenus sur les différentes plateformes numériques, 7 jours sur 7. D’ailleurs, les sites Web et les applications mobiles des six coopératives d'information sont fréquentés plus que jamais, avec 8,7 millions de visiteurs uniques au mois de mai. Ce cap de visiteurs franchi représente une hausse de 110 % comparativement au même mois l’an dernier. Les applications mobiles de CN2i comptent désormais plus de 100 000 utilisateurs.

Le plan d’action permet aussi le retour au travail de 50 des 140 personnes mises à pied pendant la crise sanitaire.

«Lorsque le déploiement du plan sera complété dans les prochaines semaines, le groupe des six médias comptera environ 300 employés, dont plus de 170 personnes dédiées à la création et à la diffusion de contenus», peut-on lire dans le communiqué.

Service payant

Dès l’automne, les médias lanceront une autre phase de leur plan de transformation en implantant un service d’information payant sur les plateformes numériques.

L’édition de type magazine du samedi est vendue par abonnement (et en kiosques), ces abonnés profiteront sans frais supplémentaires de tous les services numériques lorsqu’ils deviendront payants.

«À la lumière des tendances observées partout dans le monde, nous évaluons que la contribution financière des lecteurs et lectrices, par le biais de l’abonnement, est l’approche qui offre les meilleurs moyens d’assurer la viabilité à moyen et long termes des médias de proximité de notre groupe. Ce qu’on voit, c’est que les gens reconnaissent la valeur du service et qu’ils veulent de plus en plus payer pour le maintenir. Ils le font pour l’édition imprimée, et ils le font même en souscrivant de façon volontaire sur nos plateformes numériques, dans la section Je contribue, où nous obtenons un succès qui dépasse nos attentes», explique Louis Tremblay, président du conseil d’administration de CN2i. 

Les programmes d’aide de l’État complètent le modèle de revenus sur lequel s’appuient les coopératives pour continuer d’informer leur communauté.