Après les professionnels en aménagement du territoire, c’est au tour des citoyens de donner leurs idées pour mettre en valeur les rivières du Cap-Rouge, Beauport, Saint-Charles et Montmorency.

Les citoyens créatifs à la consultation publique de Rêvons nos rivières

Les citoyens de Québec voient grand pour leurs rivières. Invités par la Ville à se prononcer sur les futurs aménagements dans une grande consultation publique, en pleine nature, au bord de la rivière du Cap-Rouge, samedi, ils ont proposé de nombreuses idées, allant du pratico-pratique à des réalisations un peu plus surréalistes comme une patinoire quatre saisons.

Rêvons nos rivières. Tel est le thème lancé par la Ville de Québec il y a plus d’un an pour mettre en valeur les rivières du Cap-Rouge, Beauport, Saint-Charles et Montmorency. Après les professionnels en aménagement du territoire, qui ont participé à un grand concours international remporté par l’équipe américaine CADASTER de Brooklyn, c’est au tour des citoyens de donner leurs idées. 

«On veut discuter avec les gens pour savoir ce qu’ils font déjà et ce qu’ils voudraient faire», explique Amélie Germain, architecte paysagiste pour la Ville de Québec. On sait déjà que le sentier pédestre est tronqué à plusieurs endroits, qu’il n’y a pas de piste de ski de fond ni d’espace pour contempler la rivière. On veut travailler les accès physiques et visuels tout en trouvant l’équilibre entre la préservation des milieux naturels et l’accessibilité pour les citoyens.»

Pour Luc, un citoyen qui vient se promener régulièrement près la rivière, il manque une connexion à certains endroits. «On a un sentier, mais on doit le partager avec des obstacles. Il faut rejoindre les deux tronçons pour rendre la balade agréable. Ça prend aussi plus de toilettes et d’abreuvoirs», a-t-il mentionné. 

Serge navigue sur la rivière en canot. Habitué, il sait quand pratiquer son sport, mais pour les gens qui connaissent moins les marées, il aimerait que la Ville installe «un indicateur pour savoir quand faire une activité sur l’eau».

Une patinoire quatre saisons?

Si la plupart des suggestions restent très terre à terre, d’autres sont pour le moins surprenantes. Mais après tout, la Ville a bien dit «Rêvons nos rivières». Un citoyen a donc écrit à l’un des ateliers une patinoire permanente sur la rivière. 

«Il y a des idées intéressantes, il va falloir faire des choix et voir ce qui est possible et pas possible. Ce sont des idées qui ne sont pas forcément ressorties dans notre concours ou auxquelles on n’avait pas forcement pensé», a commenté la vice-présidente du comité exécutif Marie-Josée Savard, responsable des dossiers de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, qui est partie dans un grand éclat de rire lorsque Le Soleil lui a demandé ce qu’elle pensait d’une patinoire permanente.

La patinoire l’été ne sera donc pas retenue par la Ville, par contre des idées comme un coin méditation, une signalisation artistique, intéressent beaucoup Marie-Josée Savard. «Au lieu d’utiliser une signalisation ordinaire, insérer de l’art public, je trouve ça intéressant. En plus, à Cap-Rouge, il y a beaucoup d’artistes. Ce sont des choses qui pourraient être mises de l’avant.»

Les citoyens ont également proposé entre autres un musée flottant, un parc à chien, un marché, un salon de thé, un gym extérieur, un camping, un observatoire pour les oiseaux, des jeux pour enfants, un endroit pour pêcher. 

La Ville de Québec tiendra des consultations publiques dimanche au parc Juneau, le 13 octobre au parc Chauveau, et le 14 octobre au Centre de plein air de Beauport de 10h à 16h.