Les cheminées d’Anacolor n’émettent plus [VIDÉO]

Les cheminées de l’usine Anacolor étaient éteintes, mardi matin, comme le stipulait l’entente entre le Regroupement pour la qualité de l’air de Cap-Rouge (RCQAC) et l’entreprise de peinture.

Une grande victoire pour la vingtaine de citoyens réunis devant l’usine pour vérifier qu’il n’y avait plus d’émanation. «C’est officiellement la fin de cette saga», s’est réjouie la porte-parole du RCQAC, Zeita Constantin. «Nous avons eu la confirmation de l’avocat d’Anacolor, MGravel, que l’usine respecterait l’entente qu’ils ont signée, soit l’arrêt de la production de peinture et de cuisson.»

Les citoyens étaient très heureux de cette nouvelle après avoir subi pendant des années les odeurs nauséabondes d’Anacolor. «On va retrouver l’odeur qu’on devrait avoir dans un quartier résidentiel. Dîner sur la terrasse, les enfants peuvent jouer», a souligné François Baron.

Le député de Jean-Talon et candidat aux élections fédérales, Joël Lightbound, était également présent devant l’usine en soutien aux résidents de sa circonscription. «J’étais présent à la marche quand les citoyens de Cap-Rouge se sont mobilisés. Je pense comme plusieurs citoyens de la région qu’Anacolor est un anachronisme dans le quartier. C’est beau de voir que la mobilisation a fonctionné.»

Déménagement pas terminé

Malgré cette belle victoire, les citoyens de Cap-Rouge restent sur leur garde. «Il faut que l’entente soit entérinée. Nous avons appris à y aller étape par étape. Il y a souvent eu des rebondissements, mais la juge nous donnera la marche à suivre pour la suite», a expliqué Mme Constantin.

Le déménagement à Saint-Lambert-de-Lauzon n’est pas terminé. La direction d’Anacolor est toujours en négociation avec la Ville de Québec, qui s’est engagée à acheter le terrain et le bâtiment pour 2,1 millions $, mais la présence de la servitude de Vidéotron retarde la transaction.

«Il a toujours été loisible pour Anacolor de poursuivre à Cap-Rouge des activités autres que des activités de peinture [tel que de l’entreposage ou de la préparation] jusqu’à ce que le transfert de propriété du site soit complété», a mentionné par courriel Marc-André Gravel, l’avocat d’Anacolor.

L’entente entre Anacolor et le RCQAC doit être entérinée le 21 octobre par la Cour supérieure.

À LIRE AUSSI : Anacolor toujours ouverte à Cap-Rouge malgré une entente