Un quartier de Téhéran, la capitale iranienne

Les Canadiens invités à éviter tout voyage non essentiel en Iran

OTTAWA - Affaires mondiales Canada avise les Canadiens d’éviter tout voyage non essentiel en Iran en raison des conditions de sécurité jugées volatiles, de la menace terroriste dans la région et du risque d’emprisonnement arbitraire.

Dans une note transmise mercredi, les autorités ajoutent que les Canadiens, en particulier ceux qui ont la double citoyenneté canadienne et iranienne, peuvent être interrogés, arrêtés et détenus de manière arbitraire.

Affaires mondiales Canada rappelle que l’Iran ne reconnaît pas la double nationalité et que le Canada ne pourra assurer l’accès aux services consulaires pour les citoyens ayant la double nationalité.

Par ailleurs, Air Canada a modifié l’itinéraire de ses vols vers Dubaï face à l’instabilité dans la région.

Le transporteur indique qu’il ne survole plus l’espace aérien de l’Iran depuis le milieu de 2019, mais qu’il évite maintenant aussi de survoler l’Irak. Air Canada, qui exploite cinq vols par semaine entre Toronto et Dubaï, est le seul transporteur canadien présent dans la région.

L’Associated Press avait rapporté plus tôt que le vol d’Air Canada vers Dubaï survolait maintenant l’Égypte et l’Arabie saoudite pour éviter de passer au-dessus de l’Irak.

Transports Canada dit suivre de près la situation au Moyen-Orient.

La mesure d’Air Canada fait suite à des décisions semblables prises par d’autres transporteurs concernant leurs vols au Moyen-Orient. Plusieurs liaisons ont été suspendues dans la foulée des tirs de missiles iraniens visant deux bases aériennes en Irak où sont stationnés des soldats américains, après l’assassinat par les États-Unis d’un important général iranien en Irak.

Quelques heures plus tard, mercredi matin, un Boeing 737-800 d’Ukraine International Airlines s’est écrasé peu après son décollage de Téhéran, entraînant 176 personnes dans la mort, dont 63 Canadiens.

La cause de cette catastrophe n’est pas encore connue.