L’accession à un travail pour une personne non-voyante pose régulièrement des problèmes.

Les aveugles demandent plus de soutien aux élus québécois

Les personnes ayant une déficience visuelle interpellent les élus, et leur demandent de «voir plus clair» pour les soutenir.

À l’occasion de la Semaine québécoise de la canne blanche, les regroupements représentant les aveugles et les «malvoyants» applaudissent les avancées technologiques majeures qui leur viennent en aide, mais ils rappellent que l’accessibilité universelle à tous les services n’est pas atteinte.

Au nombre de 300 000 au Québec, ils doivent encore composer quotidiennement avec de nombreuses difficultés.

Plusieurs organismes communautaires militent notamment en faveur d’aménagements favorisant l’accès pour tous aux lieux publics et à l’information.

L’accession à un travail pour une personne non-voyante pose des problèmes. Selon les regroupements, il existe encore de la discrimination; de plus, les nouvelles technologies sont souvent une barrière difficile à franchir.

Ils notent que plusieurs mesures sont à la portée des élus de tous les paliers de gouvernement afin d’abaisser les barrières qui empêchent les non-voyants de s’intégrer.