La banderole portant la mention «Réfugiés non merci!»

Les attaques de Paris relancent le discours anti-réfugiés

Alors que les premiers ministres Philippe Couillard et Justin Trudeau maintiennent leurs objectifs d'accueillir des milliers de migrants syriens, les attentats survenus dans la Ville lumière relancent les salves antiréfugiés à Québec, surtout sur les réseaux sociaux.
La page Facebook souhaitant la bienvenue aux migrants syriens dans la capitale - et plus largement à tous les réfugiés quelque soit leur origine -, créée cette semaine en réponse à une banderole indiquant «Réfugiés, non merci», prend la forme d'un exutoire chez les antimigrants. Et les attaques terroristes de vendredi ont jeté de l'huile sur le feu.
«Toujours pour faire entrer des islamistes maintenant les attardés?» demande un internaute dans une charge bien sentie contre les membres du groupe favorable aux migrants. «Vous etes heureux? Bande de connards ses vous qui avez causer ca [sic]», ajoute un autre.
Joint par Le Soleil, l'administrateur de la page dit recevoir ce genre de messages, souvent en privé, depuis la création du regroupement. Mais les attentats ont créé un effet d'entraînement, observe-t-il. «Il faut dire que c'était déjà virulent depuis trois jours, mais on voit que le fonds de commerce raciste se nourrit de ça [les attaques]», mentionne-t-il dans un échange de courriels.
L'administrateur, dont l'identité n'est pas révélée pour des raisons de sécurité, aurait même été victime de menaces de mort ces 72 dernières heures. Selon ses dires, un internaute aurait même promis de le retrouver et de faire brûler sa voiture. Il entend porter plainte à la police lundi.
La page Bienvenue aux réfugiés - Ville de Québec compte plus d'un millier d'abonnés.