Les actualités express

Accusé de tentative de meurtre sur deux policiers

L’homme de 32 ans qui a tiré sur deux policiers de Québec lundi à Charlesbourg a été accusé de tentative de meurtre. Patrick Lafond a aussi été accusé d’avoir déchargé une arme à feu dans un dessein dangereux. Ces deux premiers chefs d’accusation sont couverts par une peine minimale de quatre ans d’incarcération. La Couronne a également porté des accusations de voies de fait armées contre des policiers, de bris d’une ordonnance qui lui interdisait d’avoir des armes, de possession d’une arme prohibée, soit un fusil de calibre .12 au canon scié, et d’usage négligent d’une arme à feu. Lafond est aussi accusé de voies de fait sur deux membres de sa famille. Ces résidants de la rue de Navarre avaient appelé la police au cours d’une violente chicane avec Lafond. C’est en sortant de la maison que l’homme aurait tiré à au moins une reprise dans le pare-brise de la voiture banalisée où prenaient place les deux policiers. Patrick Lafond demeure détenu jusqu’à son enquête sous remise en liberté, fixée à mardi.  Isabelle Mathieu

***

Prévention du suicide: les efforts de l’UL soulignés

L’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) a remis un prix à l’Université Laval pour sa contribution à enrayer le suicide dans son milieu. Le Prix méritas Organisation 2017-2018 de l’AQPS a été décerné au Comité de prévention du suicide de l’établissement «pour sa proactivité, son souci constant d’appliquer les bonnes pratiques en prévention du suicide et ses actions inspirantes de mobilisation de la communauté universitaire au cours des 20 dernières années», précise-t-on dans un communiqué. Le Comité a notamment implanté un programme de pairs aidants étudiants de même qu’un réseau de sentinelles comptant maintenant plus de 170 membres présents dans toutes les facultés du campus. Il a également créé une procédure de «postvention», qui vise à offrir aux personnes touchées «les meilleures interventions, au bon moment», en plus d’élaborer le cours Psychologie du suicide, auquel participent 150 étudiants par session. Le Comité participe en outre au mouvement Courir pour la vie, qui lui a permis d’amasser plus de 80 000 $ au profit des centres de prévention du suicide depuis 2012.  Élisabeth Fleury

***

Weil a commis un outrage au Parlement

La ministre de la Réforme des institutions démocratiques, Kathleen Weil, a commis un outrage au Parlement, conclut le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon. Dans une décision rendue mardi, la ministre est tenue responsable d’avoir divulgué l’entièreté du projet de loi sur l’accès à l’information à des journalistes avant même qu’il ne soit déposé en Chambre. Or c’est le privilège des parlementaires d’être les premiers à prendre connaissance du contenu des pièces législatives. Il est extrêmement rare qu’un ministre soit reconnu coupable d’un outrage au Parlement, qui est défini comme «tout acte ou [...] omission qui a pour effet de déconsidérer ou d’entraver les fonctions de l’Assemblée, des commissions ou de leurs membres». La Commission de l’Assemblée nationale devra maintenant se réunir et déterminer quelles sont les sanctions à imposer à Mme Weil.  La Presse canadienne

***

Troisième lien: Tremblay prête pour une rencontre politique

La ministre déléguée aux Transports Véronyque Tremblay est prête à tenir une rencontre politique sur le troisième lien interrives en compagnie du maire de Lévis Gilles Lehouillier et du maire de Québec Régis Labeaume. La ministre s’explique mal les récentes sorties de M. Lehouillier, qui accuse son gouvernement de ne pas vouloir entendre les élus municipaux dans ce dossier. «Nous avons toujours été pour cette rencontre politique là. […] Il faut cesser de dire des choses qui ne sont pas vraies», lance Mme Tremblay. La ministre souhaitait seulement évacuer les questions techniques avant de tenir une rencontre politique. Le maire Lehouillier dévoilera mercredi en conférence de presse la trentaine de questions qu’il se pose sur le projet de troisième lien. La ministre Tremblay indique que son ministère prendra le temps d’y répondre et qu’elle sera ensuite prête «rapidement» à rencontrer les maires.  Patricia Cloutier

***

Menaces à la tronçonneuse à Québec 

Un homme qui menaçait des citoyens avec une tronçonneuse a été arrêté lundi soir par la police de Québec, qui a dû brandir un Taser. Vers 18h, des citoyens ont interpellé des policiers qui patrouillaient à proximité pour qu’ils leur viennent en aide. Sur la 111e rue, dans le secteur Montmorency de Beauport, un homme de 59 ans marchait avec une «scie mécanique» et menaçait trois personnes. Les policiers l’ont averti à trois reprises de cesser, sans succès. Ils ont dû utiliser une arme à impulsion électrique (Taser) en mode «démonstration» pour qu’il lâche la tronçonneuse, indique David Poitras, porte-parole de la police de Québec. Carold Goulet a été arrêté, détenu et a comparu mardi au palais de justice de Québec. Il a été accusé de voies de fait armées, menaces et non-respect d’engagement. La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté.  Marc Allard et Isabelle Mathieu

***

Ottawa dévoile sa nouvelle stratégie de cybersécurité 

OTTAWA — Le gouvernement fédéral a dévoilé, mardi, sa nouvelle stratégie de cybersécurité dont l’objectif est de «protéger les renseignements personnels numériques des Canadiens, la sécurité ainsi que l’économie». Pour financer ce nouveau plan d’action, Ottawa prévoit investir 507,7 millions $ sur cinq ans, un financement déjà annoncé dans le budget de 2018. L’éventail de mesures énumérées dans la stratégie s’applique à la fois aux citoyens et aux entreprises. Parmi les mesures prévues, on note la création du Centre canadien pour la cybersécurité cet automne, la mise sur pied de l’Unité nationale de lutte contre la cybercriminalité, l’offre d’un programme de certification en cybersécurité pour les petites entreprises et des ressources supplémentaires pour aider la Gendarmerie royale du Canada à combattre les crimes sur Internet. Le financement prévoit 155,2 millions $ sur cinq ans et 44,5 millions $ par année par la suite pour créer le Centre canadien pour la cybersécurité.  La Presse canadienne

***

À bout d’attendre pour sa pizza, une Ontarienne appelle le 9-1-1 

LEEDS, Ontario — L’inanition peut être une question de vie ou de mort, mais la police dans l’est de l’Ontario affirme qu’une récente plainte d’une femme relativement au temps d’attente pour sa pizza ne correspond pas vraiment à un tel enjeu. La Police provinciale de l’Ontario a dit avoir été appelée à intervenir dans un restaurant à Elgin, peu avant 22h, lundi. Une cliente en colère attendait les agents pour se plaindre du restaurant. La policière Sandra Barr a indiqué qu’une femme de 32 ans, accompagnée de son fils de 10 ans, avait appelé la police en raison d’un retard dans la préparation de la pizza qu’ils avaient commandée. Mme Barr a affirmé que la police avait rappelé à la femme les règles d’un usage approprié du 9-1-1, disant vouloir souligner aux Ontariens que le numéro d’urgence ne devrait être utilisé que lorsqu’un crime est en voie d’être commis ou durant une situation de danger imminent ou de risque pour la vie. La policière a précisé que rien ne laisse croire que la femme avait consommé de l’alcool avant d’appeler la police pour sa pizza tardive. Elle a ajouté ne pas être au fait de possibles accusations contre la femme.  La Presse canadienne