Les actualités express

Des murales sous l'autoroute Félix-Leclerc
Des murales seront peintes sur les piliers de l'autoroute Félix-Leclerc dans le quartier Montmorency.
Le projet de «viaduc des arts» en est un de médiation culturelle et d'insertion professionnelle. Le travail artistique sera en effet confié à une dizaine de jeunes adultes qui ne sont ni en emploi, ni aux études, mais qui démontrent un intérêt pour les tâches manuelles. 
Les participants, recrutés par le Carrefour jeunesse-emploi Montmorency, devront concevoir et réaliser des murales représentatives du vieux quartier ouvrier pour les piliers situés au bout de la rue Ruel. Les jeunes seront sous la supervision d'un artiste professionnel, précise Carine Loranger, porte-parole de la Ville de Québec. 
Situé à flanc de falaise, le quartier Montmorency est bordé par l'autoroute Dufferin-Montmorency et surplombé par l'autoroute Félix-Leclerc, laquelle s'inscrit dans le paysage et constitue une source de bruit non négligeable. 
Les murales elles-mêmes coûteront 40 000 $. L'argent provient de l'Entente de développement culturel intervenue entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec. Les salaires des participants, qui pourront faire ensuite un stage dans l'entreprise de leur choix, seront payés par le gouvernement du Canada et sa Stratégie emploi jeunesse. Une somme de 141 840 $ est réservée. 
Le ministère québécois de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur décernera un diplôme de formation de métier semi-spécialisé aux stagiaires, en fonction de la branche choisie. 
L'initiative municipale n'est pas sans rappeler les murales qui ornent les piliers de l'autoroute Dufferin-Montmorency à l'îlot Fleurie dans le quartier Saint-Roch. À cet endroit, 10 jeunes de 16 à 20 ans se sont affairés entre 2000 et 2002 à recouvrir d'oeuvres géantes les nombreux graffitis qui affublaient le viaduc.  Annie Morin
***
Les travaux débutent à l'église Saint-Sacrement
Une partie du mur de de l'église du Très-Saint-Sacrement s'est détachée, lundi.
Les travaux ont débuté mardi pour réparer le parement en pierre de l'église du Très-Saint-Sacrement qui s'est détaché lundi matin de la façade ouest. Des travaux étaient déjà planifiés, car cette portion du mur était légèrement bombée. Un architecte et un entrepreneur ont examiné lundi l'ensemble du bâtiment pour s'assurer qu'il ne présentait pas d'autres faiblesses. Les experts ont confirmé que le lieu de culte ouvert en 1924 ne comporte aucun risque.  Jean-François Néron
***
Manège Militaire: le Château Frontenac partenaire du George V
Le Château Frontenac sera partenaire du service de banquets et traiteur du Château Laurier, le George V, pour l'exploitation et la commercialisation des espaces multifonctionnels du futur manège militaire des Voltigeurs de Québec.
Le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et député de Québec, Jean-Yves Duclos, a confirmé mardi l'attribution d'un contrat à George V pour gérer les espaces multifonctionnels du bâtiment qui devrait rouvrir au printemps 2018, 10 ans après l'incendie qui l'a ravagé.
Le président de George V et du Château Laurier, Alain Girard, a ensuite annoncé que son entreprise collaborerait avec le Château Frontenac pour élargir son réseau de distribution grâce aux bureaux des ventes des chaînes Accor et Fairmont.
Force de vente
Il y aura donc deux traiteurs accrédités sur place et deux équipes de vente. «Nos deux entreprises ont les mêmes besoins d'une salle de grande envergure», a mentionné M. Girard au sujet de la salle multifonctionnelle du manège qui comptera 1300 places. «Nous aurions pu gérer la salle seuls, mais nous avions besoin de la force de vente du Château Frontenac, qui a des contacts à l'international que nous n'avons pas», a-t-il poursuivi.
Robert Mercure, directeur général du Château Frontenac, a indiqué que l'entente de partenariat se négociait depuis un an et que l'ouverture du manège allait tomber pile avec le 125e anniversaire de son établissement en 2018.
«C'était naturel que les deux châteaux travaillent en partenariat. Et quelle belle façon de souligner notre 125e avec cette offre unique au Canada, peut-être même en Amérique du Nord», a expliqué M. Mercure.
Le contrat entre le gouvernement canadien et George V est d'une durée de cinq ans, une période suffisante pour mener le projet à maturité selon Alain Girard. Le Château Laurier et le Château Frontenac occuperont les lieux en fonction de leurs ventes respectives et les réservations qui seront faites directement au manège seront séparées entre les deux traiteurs.  Ian Bussières