Les actualités express

Pas une sentence bonbon pour un canular à l'Halloween
Le père de famille qui avait inventé l'histoire de l'aiguille trouvée dans les bonbons de ses enfants à l'Halloween écope d'une peine de 90 jours à purger les fins de semaine. Marc Bédard, 26 ans, a plaidé coupable à l'accusation de méfait public, un crime commis pour attirer l'attention, a-t-il dit. «Vous avez causé une certaine panique pour ne pas dire une panique certaine», a commenté le juge Jacques Ladouceur de la Cour du Québec. Quatre enquêteurs ont été mobilisés sur ce faux crime pendant quatre jours, jusqu'à ce que Bédard avoue son mensonge. C'est la deuxième fois que l'individu est coupable de méfait public; il avait déjà déclenché une alerte Amber en alléguant une fausse histoire d'enlèvement d'enfant. Après sa peine, Bédard sera en probation 18 mois et devra faire une thérapie pour tenter de régler son problème de dépendance aux opiacés.  Isabelle Mathieu
***
L'ex-prof suicidaire en salle d'audience décédé
L'ex-prof de chimie du cégep de Limoilou Nicolas Boudreau est finalement décédé jeudi, 24h après avoir ingurgité une substance en salle de cour au palais de justice de Québec. Boudreau, 52 ans, venait d'être condamné à six mois de prison pour possession de pornographie juvénile lorsqu'il a sorti un petit flacon et a avalé le contenu granuleux. Les constables spéciaux sont aussitôt intervenus pour tenter de lui faire recracher la substance. L'homme a été transféré à l'hôpital où il a été maintenu en vie artificiellement. La police de Québec a confirmé le décès en début d'après-midi. Un coroner fera une enquête pour connaître la cause exacte du décès. Le ministère de la Sécurité publique, responsable de la sécurité dans les palais de justice, n'a pas voulu répondre à notre question à savoir s'il existe des mesures d'encadrement pour les accusés présentant des idées suicidaires, comme c'était le cas de Nicolas Boudreau.  Isabelle Mathieu
***
Chasseur retrouvé mort
Porté disparu depuis six jours, le corps de Jean-François Gendron a été retrouvé jeudi midi en forêt près de Franquelin, petite localité à l'est de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord. Selon les premières constatations de la Sûreté du Québec, M. Gendron, 37 ans, serait décédé accidentellement en faisant une chute. Le professeur d'éducation physique avait quitté le village en fin d'après-midi le vendredi 15 septembre pour se rendre à son camp de chasse, pas très loin au nord. Il s'est bien rendu à destination, mais il n'y a pas passé la nuit. Son arme à feu, ses bagages et sa nourriture s'y trouvaient. Jean-François Gendron a été officiellement porté disparu samedi en début d'après-midi. Il ne s'est pas rendu à un rendez-vous avec d'autres chasseurs en matinée. Son corps a été retrouvé à un kilomètre de son camp. Une cinquantaine de bénévoles et environ 25 agents ont pris part à ces recherches, assistés hier par une quarantaine d'étudiants du cégep de Baie-Comeau. La SQ avait aussi déployé un maître-chien, un hélicoptère et une équipe de plongeurs.  Steeve Paradis (collaboration spéciale)
***
L'Ancienne-Lorette: deux ex-candidats de retour comme indépendants
Tous deux battus par le conseiller Yvon Godin dans le district Saint-Olivier en 2013, les candidats Rosaire Lebel, autrefois du parti Renouveau lorettain, et Charles Guérard, ex-représentant du Regroupement des payeurs de taxes de L'Ancienne-Lorette, tenteront cette année leur chance comme candidats indépendants aux élections municipales. M. Lebel, un employé de l'entreprise Komatsu, affrontera cette fois la conseillère Sylvie Papillon dans le district Saint-Jean-Baptiste alors que M. Guérard, un cadre-conseil, refera la lutte à M. Godin. Les deux candidats ont avoué au Soleil que l'une des raisons qui les poussaient à demeurer indépendants était la force du maire Émile Loranger, qui serait indélogeable selon Rosaire Lebel. Yvon Godin avait été élu avec plus de 53 % des voix et Sylvie Papillon avec plus de 47 % des suffrages aux dernières élections.  Ian Bussières
***
Appel à la modernisation de la NORAD
Le lieutenant-général Pierre St-Amand, l'officier canadien le plus haut gradé du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) soutient qu'il est temps de s'adapter aux menaces contemporaines. Il a signalé que les pays et les extrémistes sont dorénavant dotés de plus grandes capacités. Il a cité en exemple les missiles de croisière à longue portée pour avancer que «l'Amérique du Nord est un peu moins sûre qu'elle ne l'était il n'y a pas si longtemps». Il a fait valoir qu'il est temps de moderniser le NORAD, qui soulignera bientôt son 60e anniversaire.  La Presse canadienne