Le premier ministre du Québec François Legault
Le premier ministre du Québec François Legault

Les 12 déclarations les plus remarquées de François Legault en 2019

Le premier ministre François Legault est reconnu pour ses déclarations intempestives, qui peuvent mettre le feu aux poudres. Liste de 12 de ses déclarations les plus remarquées cette année.

22 janvier

«On continue de voir beaucoup d’artistes français chez nous. Je voyais dernièrement Zaza, qui fait un tabac, comme vous dites.»

M. Legault a laissé les journalistes perplexes en rebaptisant l’artiste française Zaz lors d’une conférence de presse à Paris avec le président Emmanuel Macron.

2 avril

«La partie qui doit faire le plus de compromis est le syndicat.»

Le premier ministre est ainsi intervenu dans le conflit de travail privé à l’aluminerie ABI, à Bécancour.

28 mai

«Je suis content que la chef du deuxième groupe d’opposition dise qu’elle ne va pas cracher dans la soupe. C’est pas le fun, non plus, du poil dans la soupe.»

Il a dû présenter des excuses à la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, pour cette blague douteuse.

5 juin

«Ce n’est pas incohérent et c’est même une bonne chose que certains emplois moins payants soient dans des usines à l’étranger.»

M. Legault s’est excusé auprès des travailleurs de l’usine Velan, à Montréal, après avoir dit que cela pouvait être une bonne chose de délocaliser leurs emplois en Inde.

13 septembre

«Les surplus appartiennent aux Québécois. Ils n’appartiennent pas aux groupes de pression; ils n’appartiennent pas aux syndicats.»

Les employés du secteur public ne doivent pas s’attendre à obtenir des augmentations salariales supérieures à l’inflation, a soutenu le premier ministre à Rivière-du-Loup.

18 septembre

«Une classe au Québec, ça fait longtemps que ça coûte autour de 800 000 $.»

M. Legault a admis qu’il savait depuis longtemps que les nouvelles classes de maternelles quatre ans coûteraient six fois plus cher que ce qu’il avait promis en campagne électorale.

25 septembre

«Pour faire circuler des autos électriques, ça va prendre des routes, ça va prendre des liens.»

Attaqué par Québec solidaire, le premier ministre a défendu le projet de troisième lien routier entre Québec et Lévis en faisant valoir qu’il permettra d’y faire circuler des véhicules électriques.

23 octobre

«Il y a des endroits dans certaines régions du Québec où il y a seulement un Rona. Mais moi, j’essaie d’acheter québécois dans des magasins québécois.»

Contrarié par le licenciement de 60 employés de Rona par l’américaine Lowe’s, François Legault a clairement indiqué où il magasine lorsqu’il va en quincaillerie.

30 octobre

«Le grand défi dans les cinq prochaines années, c’est de s’assurer que cet argent-là est bien utilisé, bien géré, de façon efficace, sans p’tits amis.»

C’est dans ces termes que le premier ministre a entériné le nouveau pacte fiscal avec les municipalités, en leur lançant un avertissement à peine voilé sur la corruption.

7 novembre

«C’est sûr que Michel, ce qu’il veut, c’est le plus de main-d’oeuvre possible.»

M. Legault a accusé Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, de vouloir plus d’immigrants afin de bénéficier d’une main-d’oeuvre bon marché.

Le même jour, il s’est targué d’avoir une majorité d’appuis (90 pour cent) sur sa page Facebook.

28 novembre

«Ma lune de miel n’a pas duré 14 mois avec ma femme!»

Le chef du gouvernement s’est dit étonné qu’une formation politique puisse profiter d’une lune de miel plus de 13 mois après son arrivée aux commandes de l’État.

29 novembre

«Ça n’a pas de bon sens que des médecins de famille travaillent quatre ou cinq jours par semaine et laissent les patients orphelins. (...) Si c’est nécessaire, il y aura une loi spéciale.»

Les médecins de famille sont restés perplexes devant la menace d’une loi spéciale qu’a brandie sans avertissement François Legault lors d’une entrevue télévisée.