L’église Saint-Charles-de-Limoilou louée à Machine de Cirque

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Le diocèse de Québec louera finalement l’église Saint-Charles-de-Limoilou à Machine de Cirque pour au moins trois ans. Avec comme objectif de lui céder le bâtiment pour y installer un lieu de création artistique multidisciplinaire.

«Au cours des dernières semaines, plusieurs investisseurs, mécènes et organismes intéressés à louer l’église ont manifesté à la paroisse leur désir de contribuer à la valorisation de Saint-Charles-de-Limoilou», apprend-on dans un communiqué diffusé en matinée mercredi par la directrice des communications, Valérie Roberge-Dion. «Les possibilités de collaboration avec Machine de Cirque se sont révélées enthousiasmantes. […] Les deux parties envisagent un partenariat à long terme afin de préserver l'église Saint-Charles-de-Limoilou et son volet patrimonial.»

Ce revirement met donc le holà aux négociations entre la paroisse de Limoilou et l’équipe d’Espaces d’initiatives, organisme communautaire qui tentait de donner une nouvelle vie à l’église de la 8e Avenue. Même si les pourparlers pour l’achat du bâtiment devaient être lancés… mercredi matin, au dire du directeur général du groupe citoyen Édouard-Julien Blanchet. (Voir autre texte un peu plus bas)

Après quatre années à attendre la réalisation du projet et son financement, le diocèse et la fabrique de la paroisse ne se sentaient toutefois plus liés.

«Ça fait quatre ans qu’on tourne en rond», balance la directrice générale de la fabrique Saint-François-de-Laval, Diane Dupuis. Même si la patrimoniale église était en vente pour 1 $, «jamais ils nous ont fait signe qu’ils voulaient acheter le bâtiment. […] On n’a jamais eu de chiffres concrets sur la table.»

«Nous, on devait aller de l’avant avec la protection de notre église, sa survie», poursuit-elle. Dès la fin du moratoire de 4 ans, le 1er septembre dernier, la paroisse a donc invité d’autres promoteurs à soumettre leurs idées.

«Machine de cirque, ils sont arrivés avec une proposition viable, sérieuse», affirme Diane Dupuis. «Ils sont arrivés avec des chiffres — et des preuves à l’appui — qu’ils étaient capables de payer.»

Frais d’entretien

Voilà plusieurs années que la fabrique de la paroisse Saint-François-de-Laval tente de se départir du bâtiment fermé en 2012. Récemment, elle avait réitéré son intention de céder l’ancien lieu de culte parce qu’elle ne voulait plus payer les frais annuels d’entretien de 80 000$ à 100 000$. «Les fonds amenés combleront progressivement les frais d’exploitation de l’édifice», indique Valérie Roberge-Dion.

La paroisse donnera le temps à Machine de Cirque de s’installer, tout en lui refilant une partie de la facture d’entretien. Par la suite, des échanges porteront sur la cession définitive.

+

TRANSFORMÉE EN LIEU DE CRÉATION MULTIDISCIPLINAIRE

Foi de Machine de Cirque, l’église Saint-Charles-de-Limoilou accueillera une panoplie d’artistes qui y trouveront l’espace nécessaire pour voir grand.

«On va l’aménager pour accueillir d’autres organismes, d’autres compagnies, qui font également de la création», explique au Soleil le directeur général et artistique, Vincent Dubé. Le cirque côtoiera des arts visuels, des musiciens…

Mais pas tout de suite. Machine de Cirque doit emménager rapidement pour s’attaquer à la préparation de ses futurs spectacles ; et à la reprise des tournées freinées par la COVID-19. «Nous, dans l’urgence, on doit s’installer.»

Au fait, c’est quoi Machine de Cirque ? Vincent Dubé répond. Il s’agit d’une entreprise de production de spectacles de cirque fondée à Québec en 2013. La première œuvre a été présentée dans la capitale en 2015. Depuis, les artistes ont voyagé avec trois autres propositions scéniques, jusqu’en Europe et en Asie. Le parcours présenté en août à la baie de Beauport, intitulé Fleuve, c’était eux aussi. «On a pas mal de pain sur la planche.»

Quitter l'entrepôt

Jusqu’à maintenant, Machine de Cirque logeait dans un entrepôt où le bail pouvait être résilié chaque mois. Les entrepreneurs cherchaient plus de stabilité et plus d’air.

L’église Saint-Charles-de-Limoilou offre les deux. «C’est une super nouvelle. On est bien excité !»

Pour l’instant, la Machine de Cirque occupera seule le bâtiment et assumera une part des frais d’entretien. «Nous, on est capable de l’utiliser tel quel.»

Après avoir testé les locaux, découvert les limites et avantages, des échanges seront entrepris avec d’autres troupes artistiques qui pourraient venir partager les frais.

Des discussions auront également lieu avec les autorités afin de financer une éventuelle restauration du bâtiment.

Vincent Dubé ne ferme pas la porte, en outre, à collaborer avec Espaces d’Initiatives, groupe citoyen qui cultivait de grandes ambitions pour Saint-Charles-de-Limoilou. Il a discuté avec les représentants mercredi et convenu de les rencontrer le printemps prochain.

+

«ILS NOUS ONT COUPÉ L’HERBE SOUS LE PIED»

Le regroupement communautaire Espaces d’Initiatives encaisse difficilement la location de l’église Saint-Charles-de-Limoilou alors qu’il s’apprêtait à déposer une offre d’achat pour l’ancien lieu de culte.

«C’est certain qu’on est déçu», laisse tomber le directeur général Édouard-Julien Blanchet au cours d’un entretien avec Le Soleil. «Espaces d’Initiatives souhaitait acquérir le bâtiment le plus rapidement possible.»

Le matin de l’annonce de la location à Machine de Cirque, une rencontre était prévue pour négocier, avance-t-il.

Il demeure que l’église de Limoilou a besoin de beaucoup de travaux pour renaître, poursuit M. Blanchet. Seulement pour la restaurer, quelque 8 millions $ seraient nécessaires. Sans compter les nouveaux aménagements.

Espaces d’Initiatives, qui avait déjà fait du chemin pour financer les travaux, se dit donc intéressé à négocier avec Machine de Cirque afin de voir si un arrimage des deux vocations est envisageable. «Il y a une ouverture de notre côté..»

+

PATRIMOINE

Consultez la fiche de l’église au Répertoire du patrimoine bâti de la Ville de Québec ici

La fiche de l’église au Répertoire du patrimoine culturel du Québec est ici.