La popularité croissante des loisirs en mer, particulièrement le surf, est probablement ce qui explique l’augmentation des interactions entre humains et requins ainsi que l’apparition dans les données de nouveaux lieux d’attaques de requins.

Légère hausse des attaques de requin à Hawaï

HONOLULU — Le taux de morsures de requin à Hawaï a légèrement augmenté au cours des dernières années, mais le risque demeure extrêmement faible, soit environ 5 sur 1 million, selon une nouvelle étude.

Une étude publiée récemment portant sur des données mondiales récoltées sur 55 ans a démontré que la fréquence des attaques de requin varie considérablement d’une année à l’autre, mais que dans certains endroits, dont à Hawaï, les taux ont légèrement augmenté au cours des dernières décennies, a rapporté vendredi le Honolulu Star-Advertiser.

Steve Midway, professeur adjoint au département d’océanographie et des sciences côtières de l’Université d’État de la Louisiane et coauteur du rapport, a déclaré que le taux de prévalence à Hawaï est le plus élevé des sept régions étudiées à travers la planète.

Le professeur Midway souligne toutefois que le taux est en réalité plus faible, car les calculs de l’étude se basent uniquement sur les populations locales, en excluant les touristes. Comme Hawaï a reçu environ 10 millions de touristes en 2018, le taux de morsures de requins est certainement plus bas que celui rapporté.

«Le message n’est pas nouveau en ce qui concerne la vue d’ensemble : le risque est faible, a-t-il insisté. Ce qu’on a fait de nouveau et d’un peu différent, c’est de regarder le lieu et le moment des attaques autour du monde depuis plus de 50 ans.» Une démarche qui apporte un contexte historique qui pourrait contribuer à une meilleure compréhension du risque.

Les auteurs de l’étude espèrent que ces informations vont aider à calmer l’hystérie collective qui suit généralement une attaque de requin et «contribuer à une discussion plus scientifique sur les requins, leur contrôle et leur conservation», a poursuivi M. Midway.

Une série de sept morsures de requins ont été rapportées au large de la Caroline du Nord à l’été 2015.

Série de morsures en Caroline du Nord

Steve Midway, spécialiste de l’écologie des poissons, dit avoir été intrigué par une série de sept morsures de requins au large de la Caroline du Nord à l’été 2015. Il a alors communiqué avec George Burgess au Centre de documentation international des attaques de requin de l’Université de la Floride.

«Nous avons fait cela pour respirer et prendre un pas de recul lorsque des attaques de requins se produisent. Il faut regarder la situation dans son ensemble, a expliqué le scientifique. Ce n’est pas un outil de prévision ou pour vous aider à réduire vos chances d’être mordu par un requin. Il a été conçu pour remettre en contexte ce qui, relativement parlant, est un incident qui se produit à un taux vraiment anodin dans à peu près n’importe laquelle des régions.»

George Burgess précise que l’étude, écrite également en partenariat avec Tyler Wagner de l’Institut d’études géologiques des États-Unis, fournit un solide appui statistique pour démontrer le faible risque d’attaque de requin, alors que beaucoup plus de gens meurent ou sont blessés à cause de méduses, de raies, de coups de soleil, de chutes sur les plages, d’accidents de surf ou d’accidents de voiture en route vers la plage.

La popularité croissante des loisirs en mer, particulièrement le surf, est probablement ce qui explique l’augmentation des interactions entre humains et requins ainsi que l’apparition dans les données de nouveaux lieux d’attaques de requins.

«Je ne crois pas que les augmentations que nous avons constatées soient dues au fait que les requins soient soudainement affamés d’êtres humains, mais plutôt à des changements dans le comportement des humains et dans leur plus grande capacité à rapporter les événements», a conclu M. Burgess en faisant référence à l’abondance de vidéos et de photos partagées sur Internet.