La bretelle menant de l'autoroute Charest Ouest à Henri-IV Sud sera reconstruite.

L'échangeur Henri-IV - Charest sera réaménagé

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) s'attaquera bientôt au réaménagement d'une intersection de taille à Québec : l'échangeur des autoroutes Henri-IV et Charest. Une seule sortie, divisée en deux bretelles, permettra éventuellement de gagner l'autoroute Charest à partir d'Henri-IV Nord.
Un appel d'offres a été publié le 4 mai pour la réalisation de l'avant-projet définitif, la préparation des plans et devis ainsi que les services d'accompagnement lors du réaménagement de cet échangeur stratégique, où passent environ 170 000 véhicules par jour.
Les travaux de construction sont estimés entre 15 et 20 millions $. Le chantier, prélude à l'ajout d'une voie dans chaque direction dans la portion nord d'Henri-IV, prévoit la reconstruction de la longue bretelle et du pont d'étagement permettant de passer de l'autoroute Charest Ouest à l'autoroute Henri-IV Sud. 
C'est en direction nord que les changements sont concentrés. Tous les automobilistes désirant emprunter l'autoroute Charest prendront l'actuelle sortie menant vers l'est. Celle-ci se divisera ensuite en deux. Il suffira de garder sa droite pour aller vers Québec. À gauche, les véhicules auront accès à un nouveau pont d'étagement permettant de se diriger vers l'ouest. L'ancienne sortie en boucle sera détruite. 
Cette nouvelle configuration permettra de retirer plus rapidement les véhicules sortant de l'autoroute Henri-IV. C'est la même stratégie utilisée pour rejoindre l'autoroute Duplessis à partir de Charest Ouest ou encore l'autoroute Laurentienne à partir de Félix-Leclerc Ouest. 
Le ministère des Transports profitera du chantier pour remplacer les systèmes d'éclairage et la supersignalisation, modifier les caméras et réaménager les abords routiers. L'aspect architectural des structures à venir devra s'harmoniser aux ponts reconstruits en 2015 au-dessus de la rue Rideau et de la rivière Lorette. 
Le sous-traitant recherché doit préparer les plans et devis, réaliser des études pour le drainage, proposer des phases de travaux en respect du budget et plusieurs scénarios de gestion de la circulation afin d'éviter au maximum les bouchons - déjà fréquents - à cette intersection fort fréquentée. 
Il n'y a pas d'échéancier précis avancé dans les documents d'appel d'offres et le MTQ n'était pas en mesure de répondre à nos questions sur le sujet.