Le président du Port de Québec, Mario Girard, montre deux truites qui venaient tout juste d'être pêchées dans le Bassion Louise lors de la conférence de presse de lancement du Village Nordik.

Le Village Nordik prépare l'après-Marché du Vieux-Port [VIDÉO]

La fermeture et l’éventuelle démolition des installations du Marché du Vieux-Port ne compliquent pas seulement la vie des clients qui devront changer leurs habitudes. Le Village Nordik, qui s’installe chaque année durant près de deux mois sur le bassin Louise, perdra aussi des infrastructures fort utiles pour les quelque 40 000 personnes qui viennent y pratiquer la pêche sur glace chaque année.

Jade-Éva Côté-Rouillard de J-EM Événements, promoteur du Village Nordik, préférait d’ailleurs ne pas s’avancer sur l’achalandage attendu au cours des prochaines années, en marge de la conférence de presse de lancement du quatrième Village Nordik vendredi. «On ne sait pas vraiment comment les visiteurs vont réagir sans la présence du Marché du Vieux-Port. Il faut le dire, pour nous, ces installations étaient parfaites», a-t-elle déclaré.

Mme Côté-Rouillard refuse cependant de qualifier de «problème» la fermeture du Marché du Vieux-Port, causée par le choix de la Ville de Québec d’ouvrir un marché public sur les terrains d’Expo-Cité.

«Une chose est certaine, c’est que pour nous, il n’est pas question de changer d’emplacement. L’écluse du bassin Louise nous permet de retenir les quelque 12 000 truites que nous y ensemençons chaque année. S’il n’y a pas d’écluse, les truites que nous payons entre 4,50 $ et 5 $ l’unité peuvent s’en aller et elles ne sont pas prises par nos pêcheurs», indique Mme Côté-Rouillard.

L’organisation pense cependant déjà à l’après-Marché du Vieux-Port. «Nous faisons des tests cette année, notamment avec une place éphémère bâtie à partir d’un conteneur revampé. On pourrait ramener ce concept l’an prochain avec d’autres conteneurs», explique-t-elle à propos des plans pour remplacer les installations du Marché du Vieux-Port, fort pratiques pour les visiteurs qui peuvent s’y reposer, s’y restaurer et profiter de plusieurs services, dont celui de cuire et d’apprêter leurs prises pour les manger sur place.

40 000 visiteurs

En attendant, la pêche sur glace reprend dans le bassin Louise dès samedi et jusqu’au 10 mars. «Notre achalandage est à la hausse chaque année depuis le début et 20 % de nos 40 000 visiteurs sont des touristes du Québec, du reste du Canada ou internationaux», poursuit Mme Côté-Rouillard. 

Cette année, l’organisation a aussi ajouté un lot spécial de truites de 18 pouces, «histoire de rendre l’activité plus sportive». Une autre nouveauté s’ajoute également, en collaboration avec le Carnaval de Québec, soit un Tournoi de pêche amical avec 2500 $ en prix. Les personnes intéressées pourront s’inscrire en équipes de quatre incluant obligatoirement un jeune de moins de 13 ans et en possédant deux effigies du Carnaval par équipe. Partenaire de l’événement comme le Port de Québec et l’Office du tourisme, le Groupe Océan permettra également à une centaine de jeunes des écoles de Québec de venir pêcher gratuitement tous les jeudis.

André Roy, directeur de l’Office du tourisme, se réjouissait d’ailleurs de l’apport du Village Nordik au tourisme hivernal. «Nous nous sommes donné comme objectif d’augmenter de 15 % le tourisme à Québec en hiver et nous avons justement besoin d’événements comme celui-là pour y arriver», a-t-il affirmé. 

De son côté, le pdg du Port de Québec, Mario Girard, a parlé de l’intérêt que suscitait la pêche blanche dans le bassin Louise au niveau international. «Le Young Presidents’ Organization, un réseau international de présidents d’entreprises, viendra ici après avoir consulté le site web du Village Nordik. C’est vraiment un produit d’appel unique et je ne serais pas surpris que ça contribue un jour au développement des croisières hivernales à Québec», conclut-il.