Le volcan Cotopaxi

Le tour du monde en bref

Une colonne de cendres de 2 km
QUITO - Le volcan Cotopaxi, situé près de Quito, en Équateur, et entré en éruption en août après 138 ans de sommeil, a rejeté jeudi une imposante colonne de cendres de 2 kilomètres de haut. La colonne de cendres, retombées sur des localités proches du volcan, était visible de la capitale, à 45 km au nord du Cotopaxi, qui culmine à 5897 mètres et est considéré comme l'un des volcans les plus dangereux du monde. Le gouvernement a décrété l'état d'exception à la suite du réveil le 14 août du Cotopaxi, l'un des huit volcans actifs du pays. Cette mesure lui permet de mobiliser des fonds ainsi que l'armée, et d'exercer une censure sur les informations relatives à l'activité du volcan. Quelque 325 000 personnes pourraient être affectées par des avalanches et des coulées de boue potentiellement dérivées de cette éruption, qui pourrait entraîner aussi des inondations avec la montée des eaux des nombreux cours environnants.  AFP
Le «dinergate» emporte le maire de Rome
<p>Un manifestant tient une pancarte illustrant le maire Ignazio Marino qui dit «J'ai détruit Rome». </p>
ROME - Le maire de Rome Ignazio Marino, l'un des hommes politiques les plus impopulaires d'Italie, a démissionné jeudi après avoir accepté de rembourser 30 000 $ de notes de restaurant payées avec la carte de crédit de la ville. Le maire a assuré que les notes dconcernaient des dîners ou déjeuners professionnels, mais la presse italienne a décortiqué ses additions, à la recherche de celle qui prouvera qu'il a dîné en tête-à-tête avec sa femme. Ce dinergate n'est que le énième épisode d'un long feuilleton sur les gaffes de l'ancien chirurgien, réputé jusqu'à présent plutôt honnête. Élu en 2013, il a aussi été accusé d'avoir utilisé sans permis d'accès sa Fiat Panda personnelle dans le centre historique, après avoir banni les voitures de la grande avenue longeant les forums antiques et limité les terrasses des restaurants sur les places ou trottoirs. Selon la loi, le maire dispose de 20 jours pour changer d'avis.  AFP
 
Murdoch suggère qu'Obama n'est pas un «vrai président noir»
<p>Rupert Murdoch</p>
NEW YORK - Le magnat de la presse Rupert Murdoch a dû s'excuser jeudi, après avoir suggéré que Barack Obama n'était pas un «vrai président noir», ce qui lui a valu de vives protestations sur Twitter.
«Ben et Candy Carson, formidables. À quand un vrai président noir qui puisse s'occuper vraiment des divisions raciales?» avait tweeté mercredi soir l'actionnaire majoritaire de News Corporation, après avoir entendu le candidat noir républicain à la présidence, Ben Carson, sur la chaîne de télévision FOX News.  Murdoch, 84 ans, s'est fait accuser d'être raciste, certains internautes jugeant aussi qu'il n'avait aucune légitimité pour discuter de la question noire américaine. Dans un premier temps, il ne s'est pas avoué vaincu. «Lisez New York magazine sur la déception des minorités avec POTUS», a-t-il tweeté cinq minutes après son premier tweet. POTUS est l'acronyme de «President of the United States». Mais le magnat australo-américain, dont le groupe de presse possède notamment le réseau de télévision FOX, a finalement tourné casaque et présenté ses excuses.  AFP