Le système de paie Phénix a causé des ennuis à des milliers de fonctionnaires fédéraux depuis sa mise en oeuvre en février 2016.

Le système Phénix ne répondait plus aux usagers lundi

OTTAWA - À cause d’ennuis techniques au système Phénix, le gouvernement fédéral prévient ses fonctionnaires qu’ils devront attendre quelques jours encore avant de pouvoir consulter leur talon de paie sur internet.

Les fonctionnaires peuvent habituellement consulter électroniquement leur prochain talon quelques jours avant le jour de paie, qui tombe en général le mercredi. Mais le gouvernement a prévenu lundi qu’à cause d’un problème technique, il avait dû fermer temporairement le système informatique Phénix, en fonction depuis deux ans.

Au ministère des Services publics et de l’Approvisionnement, responsable du système Phénix, on indique que le problème devrait être résolu d’ici mercredi.

Lundi matin, des fonctionnaires qui voulaient consulter leur talon de paie - une pratique courante depuis les ratés du système Phénix - ont d’abord vu apparaître deux talons pour la même période. Un peu plus tard, le site n’était plus accessible «pour des raisons techniques».

Par ailleurs, des fonctionnaires se sont plaints lundi que leur feuillet fiscal T4 pour l’année d’imposition 2017 n’avait pas été déposé dans leur site personnalisé «Mon dossier» de l’Agence du revenu du Canada. Ces feuillets sont habituellement versés au dossier personnel des particuliers avant le 28 février, puisque les déclarations de revenus peuvent dès maintenant être remplies.

Le système de paie Phénix a causé des ennuis à des milliers de fonctionnaires fédéraux depuis sa mise en oeuvre en février 2016: certains employés n’ont pas reçu leur dû, d’autres n’ont rien reçu du tout pendant quelque temps, et certains devaient rembourser le montant brut des «trop-payés». Des erreurs ont aussi souvent été commises pour des paies non conventionnelles - congés de maladie, vacances.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait opté pour ce système de l’entreprise IBM afin de centraliser tous les services de paie de la fonction publique et réaliser des économies d’échelle. Depuis deux ans, les coûts associés au lancement de Phénix, et à ses ratés, atteignent près d’un milliard de dollars, et pourraient continuer à grimper.

Le gouvernement libéral a annoncé dans son budget présenté la semaine dernière que le système Phénix serait remplacé. Ottawa alloue une enveloppe de 16 millions $ pour examiner d’autres scénarios au cours des deux prochaines années.