La victime, Jérémy Courchesne Arsenault

Le suspect remis en liberté sous conditions

TROIS-RIVIÈRES — L’adolescent qui aurait sauvagement agressé Jérémy Courchesne Arsenault au parc portuaire de Trois-Rivières vendredi dernier a finalement pu reprendre sa liberté pour la durée des procédures judiciaires mais il devra respecter plusieurs conditions.

Dans le cadre de ses discussions avec l’avocate de la défense, Me Pénélope Provencher, le procureur de la Couronne, Me Hippolite Brin, a en effet accepté de remettre le suspect en liberté mardi matin. L’adolescent de 16 ans devra cependant fournir un engagement sans dépôt de 1000$ visant à garantir le respect de ses conditions. Il lui sera interdit de troubler l’ordre public et de communiquer directement ou indirectement avec la victime, sa sœur et d’autres jeunes dont l’identité ne peut être divulguée, ni même de se rendre à leur résidence.

Le suspect devra demeurer chez sa mère et son beau-père à Trois-Rivières 24 heures sur 24 sauf s’il est accompagné de ces derniers. Par ailleurs, comme il doit se rendre à Edmonton d’ici quelques jours pour y travailler durant la période estivale, il sera là aussi soumis à des conditions, soit celles de résider chez son frère et sa sœur et d’y respecter un couvre-feu de 21 h à 7 h sauf en présence de l’une ou l’autre de ces personnes. Des exceptions s’appliquent pour le travail et le transport aérien entre le Québec et l’Alberta. Il est à noter que la Couronne a pris soin de traduire cet engagement en anglais pour s’assurer de son application en Alberta par la GRC.

Afin d’éviter un mode de vie oisif, le jeune aura obligation d’aller à l’école et ou de rechercher du travail. Il ne pourra pas avoir d’armes en sa possession ni même des armes blanches. La consommation de stupéfiants lui est également interdite. Enfin, il ne pourra plus retourner au parc portuaire de Trois-Rivières. Son retour en cour est prévu pour le 22 août.

Rappelons qu’il fait face à des accusations de voies de fait graves et de vol. Il aurait battu le jeune Jérémy Courchesne Arsenault pour ensuite le laisser pour mort. Il se serait aussi emparé du cellulaire et du portefeuille de la victime.

Notons que Jérémy Courchesne Arsenault et sa famille n’étaient pas présents au palais de justice mardi matin pour assister à cette libération.

Le procureur de la Couronne, Me Brin, a par ailleurs indiqué que le dossier de l’agression au parc portuaire était toujours à l’étude. D’autres accusations pourraient être portées.