La promenade de 800 mètres, construite plus en retrait de la rive que la précédente, est presque terminée à Percé.

Le sprint final amorcé pour la nouvelle promenade en bord de mer à Percé

PERCÉ — Sur le littoral de Percé, les travailleurs entament le sprint final pour livrer une promenade neuve aux touristes à la mi-juin. Le projet de 20 millions de dollars, réclamé depuis des années, protégera la berge contre l’érosion et donnera un meilleur accès à la plage.

Au plus fort des travaux, ce printemps, une quarantaine de travailleurs s’activaient en bord de mer. «C’est le dernier droit», indique Lisa-Marie Gagnon, urbaniste et chargée de projet à la Ville de Percé.

Ces dernières années, l’histoire se répétait presque chaque automne : les grandes marées endommageaient la promenade, qui date de 1972. Il fallait rafistoler, parfois à coups de centaines de milliers de dollars. À elle seule, la tempête du 6 décembre 2010 avait entraîné une facture de 800 000 $. Avec le projet en cours, «on tourne une page d’histoire», affirme Mme Gagnon. 

Lors du passage du Soleil, la promenade en bois d’un peu plus de 800 mètres était presque terminée. Les travailleurs installaient des pavés dans les espaces publics. Ils terrassaient le parc municipal, d’où un large escalier descendra vers la plage.

«Cet accès à la plage, on ne l’avait plus», rappelle Mme Gagnon. Un mur de béton et un enrochement, conçus pour protéger la promenade et la rive de l’érosion, empêchaient d’y descendre. 

100 000 tonnes de gravier

L’automne dernier, 100 000 tonnes de gravier, soit 9000 voyages de camion-benne, ont été charriées sur la plage de Percé. Une bande de gravier entassée sous l’eau, près de la rive, ralentit les vagues. Parmi les solutions pour lutter contre l’érosion, «le plus gros avantage d’avoir choisi la recharge en gravier, c’est de capter l’essence de la plage, pour que les gens en bénéficient», dit Mme Gagnon.

«La façon dont ça a réagi cet hiver est assez satisfaisante, indique l’urbaniste. Du gravier s’est déplacé vers des endroits où on n’en avait pas mis, et c’est normal. Du gravier est descendu sous l’eau, et c’est normal aussi : la plage retrouve sa pente naturelle.»


« Cet accès à la plage, on ne l’avait plus »
Lisa-Marie Gagnon, urbaniste et chargée de projet à la Ville de Percé

La recharge en gravier a coûté 6,7 millions de dollars. Pour la construction de la promenade et les aménagements, incluant un bâtiment multifonctionnel, la facture s’élève à 7,3 millions. Il a aussi fallu éloigner de la rive cinq bâtiments, dont la Maison du pêcheur, et relocaliser un stationnement, ce qui fait grimper la facture à 20 millions de dollars au total. 

La Ville de Percé paiera un peu plus d’un million; Québec et Ottawa assument le reste.

Et le quai?

D’ici le début juin, Pêches et Océans Canada réparera l’entrée du quai, à nouveau endommagé par les tempêtes hivernales. Le quai a atteint la fin de sa vie utile, mais Québec et Ottawa négocient toujours le transfert de sa propriété à la province. Cet été, les 75 derniers mètres du quai sur 180 demeureront clôturés. Un seul embarcadère sera disponible pour les bateaux d’excursion vers l’île Bonaventure.