Yvan-Miville Des Chênes, à droite, ici en compagnie du directeur de la programmation du Spectacle aérien, Réal Turgeon, en 2010.

Le spécialiste de l'aviation Yvan-Miville Des Chênes est décédé

Québec perd son plus illustre vulgarisateur du domaine de l'aéronautique, Yvan-Miville Des Chênes. L'ancien contrôleur aérien et expert en aviation est décédé au Centre hospitalier de l'Université Laval dans la nuit de samedi à dimanche.
M. Des Chênes, natif du quartier Limoilou, est mort à la suite d'un long combat contre la maladie, à l'âge de 67 ans. Il était hospitalisé depuis jeudi.
L'annonce de son décès n'a pas tardé à susciter de nombreuses réactions, dimanche matin. Pas étonnant à la vue des nombreuses implications de ce passionné des airs.
Le grand public a appris à connaître M. Des Chênes dès le milieu des années 70 lors de ses interventions à la radio avec l'ex-animateur de CHRC André Arthur, et plus tard comme collaborateur à Radio-Canada.
«Il a été l'un des premiers à réussir à vulgariser le domaine de l'aéronautique. C'est une personne qui était dédiée et passionnée», a déclaré Pierre Gauthier, président de l'Association des gens de l'air, qui côtoyait Yvan-Miville Des Chênes depuis la fin des années 80.
M. Gauthier a travaillé avec M. Des Chênes à la coordination du trafic aérien lors des spectacles aériens à l'Aéroport international Jean-Lesage, de 1999 à 2010.
Les deux hommes ont entre-temps travaillé côte à côte pour le Sommet de la Francophonie, tenu à Québec en 2008, et au Sommet des Amériques à Trinidad-et-Tobago, en 2009. M. Des Chênes était chargé de coordonner l'arrivée et le départ des avions des chefs d'État.
Pour M. Gauthier, impossible pour M. Des Chênes de faire les choses à moitié, parfois même «au détriment de sa santé». «Quand il se lançait dans un projet quelconque, il y mettait 120, 130 % de son temps.» Il n'hésitait pas à travailler «20 heures consécutives» pour s'assurer du bon fonctionnement des opérations. «C'est sûr que la santé s'en ressent.»
Expert des airs à partir du sol, M. Des Chênes avait ses licences de pilote, mais ne possédait pas d'appareil.
Un carnet de contacts
Guillaume Gagnon, directeur général du Spectacle aérien de Québec jusqu'à la fin de sa tenue en 2010, a pour sa part salué la mémoire d'un grand contributeur au succès de l'événement. «En 2008, on a organisé le plus grand spectacle aérien au monde.»
M. Gagnon a beaucoup voyagé à travers le monde en compagnie de M. Des Chênes pour convaincre les états-majors à l'étranger de «prêter» leurs fleurons de l'aviation le temps d'un spectacle à Québec. M. Des Chênes avait d'ailleurs un carnet de contacts bien rempli et entretenait d'excellents liens avec les forces armées, dont celles des États-Unis, a fait savoir M. Gagnon, qui est aussi directeur général de la Fondation Maurice Tanguay.
Les deux hommes ont notamment convaincu les Red Arrows, le prestigieux groupe de démonstration de l'aviation britannique, de traverser l'Atlantique, en 2008. «Imaginez! Deux civils qui réussissent à convaincre un pays d'investir des millions de dollars pour venir à Québec. [...] Souvent, le soir en prenant un verre de vin, on se disait : "Hey, regarde ce qu'on a fait aujourd'hui." On avait une fierté avec Yvan», a raconté M. Gagnon, qui dit avoir développé «une incroyable relation d'amitié» avec M. Des Chênes ces 15 dernières années.
Retraite active
Yvan-Miville Des Chênes a pris sa retraite comme contrôleur aérien pour Transports Canada en 1996, après 30 ans de service.
Parmi ses autres implications, il a notamment été membre du conseil d'administration de l'Aéroport international Jean-Lesage.
Il a été professeur au Centre de formation en transports de Charlesbourg, à l'école des régulateurs de vol.
Certains l'ont aussi connu lors de soirées d'observation des étoiles au Centre de ski Le Relais, à Lac-Beauport, où il se plaisait à expliquer aux visiteurs certaines notions du cosmos.
Il laisse dans le deuil sa femme, ses deux enfants et cinq petits-enfants.