La Presse photo no : 489 267--G…N…RAL-ujet :  ConfÈrence de presse : les groupes de femmes se joignent ‡ Paola Ortiz pour exiger la suspension de sa dÈportationConfÈrence de presse devant les bureaux d\’Immigration Canada pour demander au gouvernement de respecter les droits des femmesQui : Paola Ortiz, la FÈdÈration des femmes du QuÈbec, le Mouvement contre le viol et l\’inceste, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, Dignidad Migrante, SolidaritÈ sans frontiËres 21 Septembre 2011 Photo ; Andre Pichette/La Presse

Le site d'immigration Canada plante avec la victoire potentielle de Trump

L'accès au site du ministère canadien de l'Immigration a progressivement ralenti mardi soir à mesure que le candidat républicain Donald Trump emportait des Etats clés avant d'être inaccessible quand il s'approchait de la barre des 270 grands électeurs, synonyme de victoire.
Ce site expliquant les démarches à engager ou donnant les critères d'éligibilité pour obtenir la résidence ou la nationalité canadienne, a commencé à envoyer un message d'erreur vers 23H00 locale (04H00 GMT mercredi) quand la Floride a basculé dans l'escarcelle de Donald Trump.
Depuis plusieurs mois, bon nombre d'Américains ont manifesté leur intention de déménager de l'autre côté de la frontière au nord des Etats-Unis en cas de victoire du milliardaire.
Des agences immobilières et même quelques régions en mal de population ont profité de l'occasion pour se faire de la publicité.
Alors que Donald Trump n'était qu'un candidat parmi une dizaine de républicains pour la course à l'investiture l'hiver dernier, la petite île du Cap Breton au nord de la province de Nouvelle-Ecosse sur la côte atlantique avait proposé d'accueillir les Américains préférant éviter une administration Trump.
Sur le mode humoristique, le site «Cape Breton if Donald Trump wins» (Cap Breton si Donald Trump gagne) vantait la possibilité d'acheter une maison bon marché et de décrocher facilement un emploi dans une région plutôt déserte, à 400 km de la frontière américaine.
Plusieurs célébrités américaines ont promis de déménager au Canada en cas de victoire de Donald Trump. Dernier en date, le héros de la série culte Breaking Bad, Bryan Cranston, a émis cette volonté la semaine dernière, selon le Hollywood Reporter.
Les chanteuses Cher, Barbra Streisand ou la star de la série télévisée «Girls» Lena Dunham, ont aussi ces derniers mois affiché ce désir de franchir la frontière.
Le site du ministère canadien des Affaires étrangères a également été plus difficile d'accès au cours de la soirée tandis que celui du Premier ministre Justin Trudeau restait accessible.