Le nouveau concept de la chaîne promet d’être beaucoup plus convivial que ce qu’on peut notamment retrouver à Sainte-Foy, tout près du campus de l’Université Laval.

Le Shaker rue Saint-Joseph ouvre cette semaine

La nouvelle succursale du Shaker Cuisine & Mixologie, qui remplacera Le Cercle sur la rue Saint-Joseph en basse ville de Québec, devrait en principe ouvrir ses portes d’ici la fin de la semaine, a appris Le Soleil. C’est donc dire que l’entreprise aura réussi son parti, elle qui espérait ouvrir son nouvel établissement «pour le début de l’été».

Le copropriétaire et directeur des opérations, Frédérick Forcier, a confirmé l’information lundi en précisant qu’aucune activité particulière n’est toutefois organisée pour l’occasion.

«On va ouvrir de manière assez relax, question que le rodage se passe bien, que les cuisines se placent. On ne fera que débarrer la porte, avoue-t-il. Le but, ce n’est pas vraiment d’avoir un engouement dès le départ, parce qu’il y a un paquet d’ajustements à faire quand on lance, et on le sait.»

LIRE AUSSI: Un Shaker à la place du Cercle

Suivant les premières semaines de son ouverture, le nouvel établissement de Saint-Joseph ne prendra donc aucune réservation. À partir du moment où son équipe se sentira prête et «en contrôle», des réservations pourront être prises et un certain budget pour la promotion sera débloqué. 

Plus convivial

Le nouveau concept de la chaîne promet d’être beaucoup plus convivial que ce qu’on peut notamment retrouver à Sainte-Foy, tout près du campus de l’Université Laval. «Sans dire que là-bas, ce n’est pas convivial, on sait que c’est beaucoup plus petit sur Saint-Joseph, donc ce sera une ambiance plus intimiste, si on veut. C’est vraiment un restaurant de quartier qu’on offre», promet l’homme d’affaires.

Muni de 150 places assises, le resto-bar aura également entre ses murs un salon privé, disponible pour la tenue de 5 à 7 ou d’événements corporatifs, avec un petit espace lounge à l’intérieur.

L’organisation ajoutera aussi une mezzanine surplombant la salle à manger, qui offrira quelques places supplémentaires.  Environ 30 personnes ont été embauchées, selon nos informations, en vue de l’ouverture. L’investissement global frise les 500 000 $. 

Quant à la salle de spectacle, on apprenait en avril que 17 ans après sa fermeture, le bar-spectacles Le D’Auteuil renaîtra de ses cendres dans l’ancien Cercle. Des spectacles seront présentés «350 soirs par année», avait alors promis le patron de l’endroit, André Gagné.

Un concept qui s’adapte

Questionné à savoir si le nouvel établissement s’attend à devoir s’adapter devant un nouveau public cible, dans un quartier différent, Frédérick Forcier apporte certaines nuances. «Je crois que notre concept est assez “modelable”, en fait, dit-il. Si on regarde autant à Sainte-Foy qu’à Cap-Rouge ou Lévis, ce sont des clientèles complètement différentes où tout le monde y trouve son compte.»

Offrir un bon rapport qualité-prix «dans une ambiance plaisante»: tel est le défi du groupe, peu importe où il se situe à Québec.

«Partout, nos clients finissent par s’identifier au concept, et ça va être un peu la même chose sur Saint-Joseph, tranche-t-il. On vise très local, donc ce sont les gens qui s’y retrouvent qui donnent eux-mêmes la chaleur à l’endroit.»

Les attentes pour ce nouveau pied-à-terre de la chaîne sont définitivement élevées, ajoute le copropriétaire, qui constate une effervescence très intéressante dans le secteur pour son entreprise. «Avec le Deux22, le District et le Bureau de poste au bout de la rue, on voit un gros engouement présentement», lance-t-il. 

«Le nightlife est très festif également, il y a constamment des line-up et ça bouge beaucoup dans ce quartier-là, donc oui, je ne vous cacherai pas qu’on a quand même des grosses attentes», lance-t-il. 

Son collègue, Luc Beaumont, avait d’ailleurs affirmé plus tôt cette année, dans une entrevue avec Le Soleil, que «la rue Saint-Joseph est un secteur en effervescence présentement et [que] nous pensons que notre concept Shaker sera un beau complément à l’offre existante et saura plaire aux gens d’affaires des alentours».

Avis aux intéressés: pas de date officielle à retenir pour l’instant en vue de l’ouverture. Chose certaine, celle-ci aura lieu au courant de la semaine toutefois. «Il y a un paquet d’impondérables qu’on ne peut pas gérer comme la hotte, la ventilation, conclut M. Forcier. On est un peu en attente, et on dépend de ces facteurs hors de notre contrôle. Mais ce sera cette semaine.»