Le rêve «complètement» fou de Lise Payette

À 84 ans, Lise Payette est à la veille de réaliser «un rêve complètement fou», celui d'organiser un Sommet des femmes.
Mme Payette était de passage à Québec vendredi pour y rencontrer, justement, des femmes réunies en colloque à l'Hôtel Ambassadeur. Dans son discours, elle a appelé ses consoeurs à prendre la place qui leur revient.
Au cours des derniers mois, Mme Payette a planché sur un manifeste avec Martine Desjardins, une des leaders du mouvement des carrés rouges, et Léa Cousineau, qui a été, en 1990, la première femme à présider le comité exécutif de Montréal. Ensemble, elles ont rassemblé une douzaine de femmes pour mener à bien l'exercice.
Le fruit est presque mûr, il sera rendu public quelque part à la mi-novembre et «diffusé largement». Mme Payette ne veut pas dévoiler le contenu du texte, mais confie tout de même qu'il sera question du «pouvoir». Celle qui fut ministre au sein du gouvernement Lévesque estime que le temps est venu de «transformer la société».
Exigences
Le manifeste sera adressé aux chefs de partis provinciaux, il les interpellera sur des questions précises. «Ce ne sont pas des recommandations ni des revendications, explique Martine Desjardins. Le temps n'est plus à revendiquer, ce sont des exigences.» Il y sera entre autres questions de représentation des femmes en politique.
Les chefs des partis auront quelques mois pour se faire une tête, jusqu'au début mars, alors que se tiendra à Montréal le premier Sommet des femmes. «On a eu des sommets économiques, des sommets sur l'agriculture, jamais sur les femmes. Ça fait des années que je pense à ça. Au Sommet, les chefs devront venir s'engager devant les femmes.»
L'élément déclencheur a été le 75e anniversaire du droit de vote des femmes au Québec. «J'ai réalisé qu'on avait gagné des choses, mais qu'on en perdait aussi. C'est ça qui nous a réveillées, on s'est dit qu'il fallait faire quelque chose. Regardez-moi bien aller, je n'ai pas fini de déranger...»