Une voie de desserte sera aménagée au quai Paquet pour que des camions puissent approvisionner les paquebots.

Le quai Paquet prêt pour les paquebots en 2015

Le quai Paquet sera fin prêt en 2015 à accueillir les bateaux de croisière, a appris Le Soleil. Le concept architectural a été revu : le long du quai, on troque le bois pour le béton, on installe des amarres et on ajoute une voie de desserte pour l'approvisionnement des navires.
«Il va y avoir des amarres sur le quai Paquet», a confirmé au Soleil le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, en marge de la séance du conseil municipal, lundi. «Il faut prévoir l'avenir.»
Ainsi, a poursuivi le maire, le trottoir, qui dans le concept d'origine élaboré par la firme Daoust Lestage devait être fait de bois, laissera place au béton.
«Ce sera un trottoir qui sera fait de béton et qui pourra supporter des poids lourds qui pourront y accoster la nuit. [...] Ce quai-là nous a coûté un million et demi de dollars en réparations; à un moment donné, quelque part, il va falloir qu'il serve à quelque chose.»
Une voie de desserte sera aménagée pour se rendre aux paquebots et pourra être empruntée, le soir et la nuit, par les camions qui viendront approvisionner les bateaux de croisière. Le jour, elle sera fermée à la circulation et demeurera accessible aux piétons.
Le maire ne craint pas que le secteur perde son esthétisme avec le retrait du bois. «Dans le béton imbriqué, il se fait de magnifiques choses.»
Le reste du concept reste inchangé, assure-t-il. Et cela ne modifiera en rien la vocation. Les fontaines et les jeux d'eau demeurent. La modification n'apportera pas de coûts supplémentaires au projet de 20 millions $, soutient le maire.
Il y a un an, la direction du Port de Québec avait interpellé la Ville de Lévis pour lui demander si elle était intéressée à ce que certains bateaux jettent l'ancre au quai Paquet. Après un premier refus venu de la direction du développement, le maire Lehouillier avait après son élection de novembre ouvert la porte à la venue des mastodontes des mers et promis de «revoir le dossier».
Il aura l'occasion d'en discuter avec les représentants du Port et ceux de l'Office du tourisme, qu'il rencontrera très bientôt.
Par ailleurs, à l'invitation du Port, le conseiller municipal du quartier où est située la traverse, Pierre Lainesse, participera au Forum de Québec sur les croisières internationales, les 27 et 28 février prochain. Il y sera question des «solutions à apporter» et des «investissements requis» pour «maintenir et améliorer notre position dans ce secteur hautement compétitif».
«J'ai demandé à M. Lainesse comme conseiller municipal du quartier Notre-Dame d'aller à cette rencontre et d'essayer de voir s'il y aurait éventuellement des partenaires intéressés, et de nous faire rapport là-dessus», a expliqué Gilles Lehouillier.
Contrôle de la ville
D'autre part, la Ville gardera le contrôle sur la moitié des 300 cases de stationnement qui sont prévues dans le secteur, afin de s'assurer d'y avoir accès pour des événements spéciaux. L'autre moitié sera gérée par la Société des traversiers du Québec. Le stationnement étagé prévu le long de la falaise ne se réalisera pas, a aussi révélé M. Lehouillier. On concentrera les cases au nord de la rue Saint-Laurent. Un projet le long de la falaise sera dévoilé plus tard.
Le maire a toujours dans les cartons son idée d'ascenseur pour relier le secteur de la traverse et le Vieux-Lévis