Le maire Régis Labeaume
Le maire Régis Labeaume

Le projet avorté de ciné-parcs coûte 86 000$ à la Ville de Québec

Même si les écrans resteront éteints, la Ville de Québec doit allonger 86 000 $ pour des frais encourus dans le controversé dossier de ciné-parcs en plein air qu’elle voulait offrir aux citoyens cet été.

Le conseil municipal a adopté mercredi, non sans essuyer les critiques de l’opposition, un sommaire décisionnel pour autoriser la dépense de 86 000 $. L’argent est remis au Festival de cinéma de la Ville de Québec, organisme mandaté par la Ville pour organiser l’activité qui disposait d’un budget initial de 835 000 $. 

Le projet était d’offrir des films gratuitement aux citoyens dans des ciné-parcs aménagés à l’aéroport Jean-Lesage et sur le site d’ExpoCité. Il a finalement avorté parce qu’une entente était devenue impossible entre la Ville de Québec et les distributeurs de films.

Le maire Régis Labeaume refusait d’installer une billetterie à l’entrée des ciné-parcs, il souhaitait coûte que coûte que l’activité soit gratuite. Dans ce contexte, les distributeurs ont refusé  de rendre disponibles les œuvres de leur catalogue respectif. Ils avaient pris cette décision «par solidarité avec les salles de cinéma» alors sur le point de rouvrir.

La mésentente a dégénéré sur la place publique. Le maire accusait les distributeurs de manquer d’humanité envers les citoyens dont les activités sont restreintes en raison de la pandémie. De leur côté, les distributeurs reprochaient au maire de faire cavalier seul et de ne pas avoir écouté la sortie de crise qui lui était proposée.

Mercredi, l’opposition officielle a attribué l’échec du projet au comportement du maire. «Il a fait des annonces sans que tout soit attaché. On se retrouve donc avec une facture de 86 000 $ sans projet», a dit en substance le conseil de Québec21, Patrick Paquet. Ses deux collègues de la formation politique ont voté contre l’adoption du sommaire décisionnel.