Le site archéologique Cartier-Roberval à Cap-Rouge témoigne de la première présence française en Amérique du Nord. En 2005, des vestiges de la colonie installée par Jacques Cartier et Jean-François de La Rocque de Roberval en 1541 ont été trouvés. Cette découverte a initié une série de fouilles archéologiques qui ont eu lieu entre 2006 et 2008.

Le PQ s’engage à mettre en valeur le site Cartier-Roberval

La sauvegarde du site archéologique Cartier-Roberval à Cap-Rouge s’invite de nouveau dans la campagne électorale. Après le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ), c’est au tour du Parti québécois (PQ) d’y aller de ses intentions envers ce site.

Le PQ a prévu de faire une conférence de presse mercredi où il élaborera plus en détail son plan pour restaurer ce site historique. 

Plus tôt dans la campagne, la candidate libérale dans Louis-Hébert, Julie-Maude Perron, avait promis que le PLQ s’engageait à reprendre les fouilles archéologiques et à mettre en valeur le site.

Elle a dû se défendre face à ceux qui ont critiqué l’absence d’engagements financiers subséquents des libéraux pour maintenir ce lieu en bon état. 

Parmi eux, on retrouve les gestionnaires du site qui ont réclamé pendant plusieurs années des fonds supplémentaires pour reprendre les fouilles archéologiques.

Le codirecteur des fouilles au site Cartier-Roberval, Gilles Samson, avait d’ailleurs vu d’un bon œil cette annonce des libéraux au début du mois de septembre. 

«C’est une des pièces maîtresses qui doit être documentée de l’histoire du Québec», a-t-il affirmé à Radio-Canada.

Du côté de la CAQ, la députée sortante de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault a également critiqué la gestion de ce site par le Parti libéral.

Elle a indiqué que ce site a été abandonné par les libéraux pendant 10 ans. 

«Le laisser-aller des libéraux compromet la conservation et la récupération de milliers d’artefacts», a-t-elle indiqué dans une vidéo sur sa page Facebook. 

Mme Guilbault estime que les vestiges trouvés au site Cartier-Roberval dépassent «largement Cap-Rouge et la Ville de Québec» en terme de signification historique.

Guillaume Boivin, candidat de Québec solidaire dans Louis-Hébert, martèle lui aussi qu’il y a eu un manque d’engagement des libéraux, ainsi que des péquistes, pour la sauvegarde de ce site historique.

«Le laxisme du gouvernement libéral marque son peu d’intérêt pour notre histoire nationale, et il faut noter que le Parti québécois n’a pas agi non plus pendant sa gouverne», ajoute-t-il. 

Des vestiges de Jacques Cartier

Ce site témoigne de la première présence française en Amérique du Nord. En 2005, des vestiges de la colonie installée par Jacques Cartier et Jean-François de La Rocque de Roberval en 1541 ont été trouvés. 

Cette découverte a initié une série de fouilles archéologiques qui ont eu lieu entre 2006 et 2008.

Au total, c’est près de 6000 artefacts datant du XVIe siècle qui ont été mis au jour.