Les débours de la Ville de Québec ne mettent pas fin aux frais d’entrée sur le site, qui sont de 2 $ par personne de plus de 16 ans, ni aux frais de stationnement.

Le Port facture 8 M$ pour l’accès des citoyens à la Baie de Beauport

Le Port de Québec ne fait pas de cadeau aux citoyens de Québec amateur de plages. La Ville versera plus de 8 millions $ à l’administration fédérale pour que nous puissions fréquenter le parc de la baie de Beauport durant les 10 prochaines années, entre le 15 mai et le 15 novembre.

«La Ville souhaite ainsi répondre au besoin des citoyens en matière d’activités nautiques pour la population en général et la clientèle touristique», lisons-nous dans le document officiel expliquant la décision. «La Ville souhaite voir l’Administration portuaire de Québec maintenir et assurer les services actuels offerts à la communauté au site récréotouristique de la baie de Beauport et développer de nouvelles activités tout en assurant la qualité de l’offre de service, et ce, selon la tarification municipale des services et des activités approuvées par la Ville et qui est en vigueur.»

Le débours autorisé par les élus de comité exécutif du maire Régis Labeaume ne met donc pas fin à la tarification de l’accès au site. Le contrat approuve toujours des «frais d’entrée» de 2 $ pour les personnes âgées de plus de 16 ans et la facturation du stationnement.

Ce n’est pas la première fois que la Ville de Québec sort le chéquier pour que les contribuables aient accès aux terrains publics de la baie de Beauport. De 2009 à 2013, l’administration portuaire avait obtenu plus ou moins 3,2 millions $. De 2014 à 2018, la mairie a décaissé autour de 3,75 millions $ pour le loyer.

Sortons la calculatrice. De 2009 à 2028, le port aura touché un loyer de quelque 15 millions $ pour le parc de la baie de Beauport, propriété étatique. Une moyenne de 750 000 $ l’an.

Pour les six mois plus chauds de 2019, l’entente conclue prévoit un versement de près de 770 000 $. Somme qui sera indexée annuellement.

Le contrat stipule, en plus, que la Ville cède pour 1 $ un ensemble de biens et équipements «liés aux opérations et à l’entretien du site ainsi qu’à la pratique des activités offertes sur le site» : embarcations motorisées et non motorisées, radios, bouées, ancres, outils, matériel informatique, équipements de bureau, quais, matériel de restauration, tables de pique-nique, véhicules motorisés…

Rappelons que l’entreprise Gestev, propriété de Québecor, a obtenu la gestion du site sans appel d’offres depuis 2008. Son entente prenait fin en 2018.

Jeudi, le service des communications de la Ville n’a pas répondu à nos questions concernant le renouvellement du contrat de Gestev et la justification du paiement de millions de dollars au Port de Québec pour l’accès public à la baie de Beauport.

Baignade

Notons que l’entente établit que la responsabilité d’évaluer si la qualité de l’eau permet la baignade appartient à la Ville. La mairie devra «fournir quotidiennement à l’Administration [portuaire], chaque année pendant la période propice à la baignade, les résultats de la prévision de la qualité de l’eau, telle que calculée par le modèle prévisionnel élaboré par l’Université Laval». La municipalité doit également «fournir quotidiennement» les contenants permettant de prélever un échantillon de fleuve pour les tests. La baignade est autorisée depuis 2016 à la baie de Beauport, seulement les jours où la qualité de l’eau n’est pas trop diminuée, notamment par les rejets d’égouts dans la rivière Saint-Charles et le fleuve.