Le point sur la situation dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches [VIDÉO]

Céline Fabriès
Céline Fabriès
Le Soleil
Voici les faits saillants du point de presse de Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique, et ministre responsable de la Capitale-Nationale, sur la situation dans la Capitale-Nationale et dans Chaudière-Appalaches. Elle était accompagnée du maire de Québec, Régis Labeaume et du maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

- L'heure est grave. On observe un relâchement dans l'application des mesures sanitaires, dit Mme Guilbault.

- Si on ne se ressaisit pas rapidement, on s'expose à la possibilité que des citoyens ne puissent plus recevoir des soins dans certaines circonstances, affirme la ministre.

- Certains hôpitaux ont déjà dû délester certaines opérations : fermeture des services obstétriques à Thetford Mines, éclosion à l'hôpital de La Malbaie avec pour conséquence la suspension temporaire de 40 % des activités du bloc opératoire, éclosion à l'Hôtel-Dieu de Lévis, indique Geneviève Guilbault. 

- Depuis le 17 octobre, il y a quatre fois plus de cas et cinq fois plus de décès que lors de la première vague en Chaudière-Appalaches et la Capitale-Nationale occupe le premier rang pour le nombre de cas actifs par 100 000 habitants. «On a en moyenne 150 à 200 cas par jour depuis un bon bout de temps. Le nombre d'éclosions a également doublé depuis le 2 octobre. Il est passé de 79 à 161 en date de mercredi.»

- Redoublez d'efforts dans la limitation de vos contacts, privilégiez le télétravail, insiste Mme Guilbault. «Je veux vraiment que les gens perçoivent que c'est plus grave que d'habitude.»

- Régis Labeaume comprend l'état de désarroi des citoyens, «on est à un point de bascule, c'est dangereux, il y a une chance sur deux que l'aiguille tombe du mauvais côté. On ne sait pas quand ça va finir.» 

- Il y a des organisations disponibles pour aider les personnes en appelant le 211, rappelle M. Labeaume.

- Inquiète pour novembre, la Ville de Québec veut poser des petits gestes pour soulager les citoyens.

- Depuis la mi-septembre, une vie par jour en moyenne est fauchée par la COVID en Chaudière-Appalaches. Il y a plus de 80 milieux en éclosion, dont trois seulement dans les CHSLD. La crise sanitaire frappe fort, martèle Gilles Lehouillier. «L'enjeu, c'est la transmission communautaire.» «Notre objectif est de sortir de la zone rouge le plus rapidement possible.»

- Mme Guilbault invite chacun des résidents à prendre leur décision sur la façon dont ils veulent se comporter face à l'épidémie afin de sauver le réseau de la santé.

- Le gouvernement ne souhaite pas reconfiner les élèves. «C'est la dernière chose qu'on veut faire», indique Mme Guilbault.

- Les employeurs doivent prendre leurs responsabilités pour s'assurer d'offrir aux employés un milieu de travail sécuritaire et que toutes les consignes sanitaires soient appliquées, dit Mme Guilbault.