Depuis son arrivée au pouvoir, en 2018, la Coalition avenir Québec s’est penchée sur la question, décaissant 300 000 $ pour alléger la détresse psychologique des agriculteurs en décembre dernier.
Depuis son arrivée au pouvoir, en 2018, la Coalition avenir Québec s’est penchée sur la question, décaissant 300 000 $ pour alléger la détresse psychologique des agriculteurs en décembre dernier.

Le PLQ veut juguler la détresse psychologique chez les entrepreneurs

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
La crise du coronavirus accroît la détresse psychologique chez les entrepreneurs et les agriculteurs. Le Parti libéral du Québec veut que le gouvernement Legault s’attaque au problème.

Le député libéral Monsef Derraji tentera mercredi matin de déposer un projet de loi en ce sens, au Salon bleu de l’Assemblée nationale.

«Nos entrepreneurs et nos agriculteurs vivent de la détresse psychologique et mon projet de loi vise à essayer de régler ce problème, explique-t-il au Soleil. Il faut répondre à leur angoisse persistante et même grandissante.»

Avant la pandémie de COVID-19, presque un entrepreneur canadien sur deux, soit 46 %, témoignait déjà que ses problèmes de santé mentale nuisaient à sa capacité de travailler, dans un sondage réalisé en 2019 auprès de 476 entrepreneurs par l’Association canadienne pour la santé mentale.

Presque 3 sur 10, soit 28 %, y indiquaient avoir éprouvé un problème de santé mentale ou avaient reçu un tel diagnostic au cours des 12 mois précédents, alors que ce taux est de 20 % dans la population en générale.


« Nos entrepreneurs et nos agriculteurs vivent de la détresse psychologique et mon projet de loi vise à essayer de régler ce problème »
Le député libéral Monsef Derraji

Si l’on considère que la principale source d’anxiété s’avérait l’argent pour les deux tiers d’entre eux, facile de croire que la pandémie n’a fait qu’exacerber les difficultés.

«Le problème est là, est documenté et mérite une attention particulière», clame le porte-parole en matière de petites et moyennes entreprises au PLQ.

Depuis son arrivée au pouvoir, en 2018, la Coalition avenir Québec s’est penchée sur la question, décaissant 300 000 $ pour alléger la détresse psychologique des agriculteurs en décembre dernier. Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a aussi effectué un appel de projets dans la même veine pour les entrepreneurs.

«Mais on n’est plus à l’étape des mesurettes! Il faut aller beaucoup plus loin, insiste le député Derraji. Ces gens sont nos créateurs de richesse et il faut être là pour eux aussi quand ça va mal.»

Monsef Derraji est député de Nelligan, circonscription de l’ouest de l’île de Montréal comprenant Kirkland, Pierrefonds et L’Île-Bizard. Il a dirigé le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec de 2015 à 2018, avant d’être élu.