Les plaques de glace au sol ont causé plusieurs chutes le 31 décembre, tandis que les cas d’intoxication provenaient surtout du site du festival Toboggan.

Le Nouvel An détrône la Saint-Jean pour les ambulanciers

La dernière nuit de 2019 aura été la plus occupée de l’année pour les ambulanciers de Québec. Le nombre d’interventions aura été plus grand que celui de la Fête nationale, des soirs du Festival d’été ou de l’Halloween.

«C’était de loin notre plus grosse nuit de l’année. Les appels venaient de partout à Québec, mais il y avait une grosse concentration dans le secteur festif de la haute-ville», indique le superviseur de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec, David Munger.

Les équipes ont réalisé pas moins de 113 interventions entre 18h et 6h du matin, il s’agit du double du nombre moyen d’interventions. De ces appels, 91 patients ont été transportés au centre hospitalier.

«Il n’y a pas eu d’appels majeurs ou de gros accidents. C’était beaucoup d’intoxications et beaucoup de chutes», note M. Munger. 

La pluie verglaçante tombée vers la fin du mois de décembre avait laissé une plaque de glace à plusieurs endroits, puis le 31 décembre, une couche de neige est venue s’ajouter par-dessus. Les passants ont donc été nombreux à tomber au sol et à se cogner contre la glace.

M. Munger n’a pas pu préciser la moyenne d’âge des patients, mais il a remarqué qu’ils étaient plus jeunes que vieux. Et les cas d’intoxication venaient principalement du site festif installé par le festival hivernal Toboggan. 

«C’était plus jeune que d’habitude. Ce n’était pas juste du monde sur le party, mais c’est ce qui a fait augmenter le nombre d’appels. Souvent, lors des soirées de musique électronique, il y a plus de consommation, par défaut il y a plus d’appels», remarque aussi le superviseur ambulancier. 

Il est évident que les équipes s’attendent à plus d’interventions les soirs de fête, plus d’ambulances que d’habitude avaient d’ailleurs été libérées pour la soirée du 31 décembre. Cette année, les équipes n’ont même pas eu le temps de prendre une pause pour manger. Et M. Munger sait de quoi il parle, c’est lui-même qui était superviseur l’an dernier à pareille date. 

«J’ai relu mon rapport de 2018 dans les derniers jours, et cette année a été exceptionnellement achalandée. Il y avait aussi quelques appels de routine dans le lot, mais jamais autant d’intoxications.»

Les ambulanciers ont aussi dû soigner des blessures de bagarres. Certains appels ont été faits par le service de police de Québec, leurs agents étaient présents à plusieurs endroits sur Grande Allée. 

Les équipes de premiers soins de Toboggan ont aussi soigné plusieurs personnes. Ils ont contacté les ambulanciers lorsqu’un transfert vers l’hôpital était nécessaire. 

Fête nationale plus calme

Pendant plusieurs années, c’est la fête de la Saint-Jean-Baptiste qui enregistrait le plus d’interventions de la part des ambulanciers.

«La Saint-Jean a beaucoup changé dans les dernières années, on a vu notre soirée drastiquement changer avec les nouveaux règlements mis en place par la Ville de Québec depuis quatre ou cinq ans», se rappelle M. Munger.

Si on se fie à la Saint-Jean «plus calme» des dernières années, la soirée du 31 décembre 2019 demeure en tête pour le plus d’appels reçus. Si on pense toutefois aux soirs de la Fête nationale d’avant à Québec, alors qu’il y avait notamment moins de supervision sur les plaines d’Abraham, elles restent dans les archives pour les soirées les plus occupées des ambulanciers de Québec.