Il est prévu que le futur pont à haubans de l’île d’Orléans, long de 2,1 km, comporte deux voies de circulation, soit une dans chaque direction.

Le nouveau pont de l’île d’Orléans livré comme prévu en 2024

La Coalition avenir Québec (CAQ) assure que la construction du nouveau pont de l’île d’Orléans n’accusera pas de retard et qu’il sera livré comme prévu en 2024.

«Il n’y a aucun changement à l’échéancier du pont de l’île d’Orléans», indique Sébastien Lépine, directeur des communications du cabinet du ministre des Transports François Bonnardel, en entrevue téléphonique au Soleil lundi.

Il est possible toutefois que ce pont fasse partie intégrante du troisième lien routier entre Québec et Lévis, que le gouvernement a promis de commencer à construire en 2022. «Il est trop tôt pour dire si on parle d’une ou de deux infrastructures», convient M. Lépine.

Les dossiers du troisième lien entre les deux rives et du pont de l’île d’Orléans sont menés «en parallèle», indique M. Lépine, mais les équipes d’ingénieurs du ministère des Transports qui y sont affectés communiquent de l’information. «Les équipes travaillent en collaboration.»

M. Lépine ne veut pas préciser toutefois si le projet actuel du nouveau pont de l’île d’Orléans pourrait être élargi ou déplacé afin de mieux s’intégrer à un troisième lien.

Un des premiers gestes que le ministre Bonnardel a posés lorsqu’il a été nommé ministre des Transports a été de mettre à la poubelle quatre des cinq scénarios qui étaient sur la table pour le troisième lien, afin que le bureau de projet se concentre sur le corridor situé le plus à l’est.

Ce corridor passe sur la pointe ouest de l’île d’Orléans et comprend l’emplacement où se situe l’actuel pont de l’île.

Savoir sur quel pied danser

Depuis, l’inquiétude se fait sentir chez les élus de l’île d’Orléans. «Est-ce qu’on parle de deux projets distincts ou d’un seul? Nous, on veut savoir sur quel pied danser», affirme Harold Noël, maire de Sainte-Pétronille et préfet de la MRC de L’Île-d’Orléans.

Rassuré de savoir que la CAQ n’a pas l’intention de retarder la construction d’un nouveau pont, M. Noël cherche toujours à avoir des éclaircissements sur la connexion de ce pont avec le troisième lien. «Est-ce qu’il va passer par-dessus, en dessous ou à côté de l’île, le troisième lien? Nous, c’est sûr qu’on veut pas d’une autoroute qui va venir défigurer l’île.»

M. Noël fait valoir que l’île d’Orléans est un site patrimonial et que pour préserver son cachet, ses habitants doivent subir de nombreuses contraintes. «On aimerait que ça ait des avantages aussi.»

À l’heure actuelle, le préfet est en contact avec la députée caquiste Émilie Foster, qui tente d’organiser une rencontre entre lui et le ministre Bonnardel. D’ici à ce que cette rencontre ait lieu, M. Noël rencontrera tous les maires de l’île mercredi afin de s’entendre sur «un message commun».

Emplacement exact à préciser

Sur le site Web du ministère des Transports, il est indiqué que «l’emplacement exact du futur pont [de l’île d’Orléans] demeure à préciser». Le Ministère préconise toutefois un raccordement à la côte du Pont afin de garder l’entrée de l’île au même endroit. Il est prévu que le futur pont à haubans de 2,1 km comporte deux voies de circulation, soit une dans chaque direction. Le gouvernement du Québec a annoncé en 2010 son intention de construire ce pont, mais huit ans plus tard, les travaux n’ont toujours pas débuté. 

Le 1er octobre dernier, le pont de l’île d’Orléans a été complètement fermé à la circulation pendant plus d’une heure, après qu’un trou ait été aperçu dans la chaussée. Le ministère des Transports considère toujours l’infrastructure sécuritaire, même si elle est en fin de vie utile, ayant été construite en 1935.