Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le nouveau maire de L’Ancienne-Lorette, Gaétan Pageau
Le nouveau maire de L’Ancienne-Lorette, Gaétan Pageau

Le nouveau maire de L’Ancienne-Lorette déjà au boulot

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le maire fraîchement élu de L’Ancienne-Lorette, Gaétan Pageau, entreprend son mandat avec une «confiance renouvelée», après avoir récolté quelque 55 % des voix exprimées.

L’ex-conseiller, qui aurait complété son second mandat en 2021, bénéficiait d’une longueur d’avance dans l’opinion publique. Elle s’est clairement fait entendre au terme de l’élection de dimanche. Le principal intéressé ne tient pour autant rien pour acquis.

«Je me sens fier Lorettain et redevable à la population. C’est un privilège de pouvoir servir», lance M. Pageau, au lendemain d’une campagne qu’il a trouvé longue et exténuante. Initialement, le scrutin devait se tenir le 4 octobre. La COVID a convaincu les autorités de le reporter aux 12 et 13 décembre. 

Même s’il sera assermenté seulement vendredi, l’heure est déjà au travail. «Ma première préoccupation était de prendre contact avec mes collègues élus, laisse-t-il entendre. Ce qu’il a fait. Il a discuté avec la mairesse suppléante, Sylvie Papillon. Il doit aussi s’assurer de la transition et de la mise à jour de certains dossiers.

L’adoption mardi du budget 2021 de L’Ancienne-Lorette ne portera pas sa marque puisqu’il a démissionné de son poste de conseiller en août pour briguer la mairie. M. Pageau dit avoir confiance dans les fonctionnaires qui ont élaboré le présent budget. S’il laisse le soin aux élus de le présenter en soirée, il avait déjà déclaré en campagne que le contexte de la pandémie nécessitait un gel de taxes l’an prochain.

Sécurité routière

Pour le reste, il compte démarrer l’année avec des dossiers qui lui sont chers, dont la sécurité routière. Selon lui, la COVID fait ressortir l’impatience des automobilistes. Il sera aussi question de l’aménagement des parcs et espaces verts, d’aide aux organismes communautaires, de développement économique et d’achat local. En filigrane se dessine toujours le recours judiciaire contre la Ville de Québec pour les trop perçues des quotes-parts d’agglomération.

Gaétan Pageau marche dans les pas de son père décédé en 2018. Marcel Pageau a tenu les rênes de la municipalité de 1968 à 1983, avant l’élection d’Émile Loranger, lui-même mort en fonction le 2 avril 2020. «On aime croire que papa est quelque part et qu’il est fier», conclut M. Pageau.