Comme l'Apollo est amarré du côté de la porte arrière, il est impossible de voir les dommages causés par le dernier impact. Il est cependant possible de constater que le navire tangue à tribord.

Le NM Apollo heurte le quai de Matane, le service suspendu

MATANE – La série noire entourant la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout se poursuit. À peine remis à flot après être entré en collision avec le quai de Godbout, il y a près de trois semaines, voilà que le NM Apollo a heurté le quai de Matane vers 21h samedi.

Selon la Société des traversiers du Québec (STQ), le service sera, encore une fois, interrompu pour plusieurs jours. Dans les circonstances, la société d'État a rétabli le service de navette aérienne. Le premier départ était annoncé pour 15h30 en partance de Mont-Joli vers Pointe-Lebel. La priorité est accordée aux clients qui avaient réservé. S'il reste des places, ce sera la formule du premier arrivé, premier servi. Les heures des vols pour les prochains jours seront annoncées ultérieurement sur le site Internet de la STQ (www.traversiers.com).

La société d'État est en pourparlers avec le transporteur CTMA des Îles-de-la-Madeleine afin de faire revenir, dans les prochains jours, son navire NM Voyageur. «Évidemment, le ravitaillement des Madelinots en marchandises de première nécessité demeure la priorité», prévient la STQ par voie de communiqué.

Provenant de la Côte-Nord, alors qu'il s'apprêtait à accoster au port de Matane pour son dernier voyage de la journée de samedi, le navire a frappé la structure. «Le bateau a été endommagé entre la jonction de la porte avant et de la coque», décrit la porte-parole de la STQ, Julie Drolet. La collision survenue le 25 février avec le quai de Godbout avait causé un trou dans l'étrave levant. Cette brèche a nécessité deux semaines de réparations. Mme Drolet précise que la soixantaine de passagers ont pu quitter le navire sans problème, de façon sécuritaire.

«On est à regarder les dommages, indique la porte-parole de la STQ. Les autorités réglementaires, la société de classification et Transports Canada ont été informés. Tous sont à pied d'œuvre à la STQ pour réaliser les réparations requises dans les plus brefs délais.»

Une enquête interne a été lancée. Des enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports ont aussi été dépêchés sur les lieux. «À première vue, il pourrait s'agir d'une défaillance d'un système lors de la manœuvre d'approche du quai, alors que de forts vents secouaient le secteur, fait savoir la STQ. Les enquêtes suivront leur cours afin d'en savoir plus.»

En se rendant sur les lieux, Le Soleil a pu constater que l'Apollo tangue à tribord de façon anormale. «Ah, on ne m'a pas parlé de ça du tout», s'étonne Julie Drolet. Par ailleurs, au cours des derniers jours, une section des sièges était interdite aux passagers par un périmètre de sécurité. Une bâche de plastique pendait du toit. «Il y avait eu une infiltration d'eau à cause de la fonte des neiges», explique Mme Drolet. Elle ignore si le problème a été résolu depuis.

Étant donné que le navire est âgé de 49 ans et en raison des conditions météorologiques de cet hiver, le président-directeur général par intérim de la société d'État, Stéphane Lafaut, «a commandé aux responsables de la gestion de la sécurité maritime de la STQ une bonification des protocoles existants de vérification du navire au départ, et ce, dans le but de s'assurer de la fiabilité de la livraison du service par le NM Apollo».

Construit en 1970, le NM Apollo a été acheté en janvier au coût de 2,1 millions$ pour remplacer le NM F.-A.-Gauthier, construit en Italie il y a un peu plus de trois ans au coût de 175 millions $. Celui-ci est en cale sèche au chantier Davie de Lévis depuis la mi-janvier et devrait y rester jusqu'en août. Le navire-amiral de la STQ a été mis hors service par Transports Canada à cause de problèmes de propulseurs qui provoquaient des vibrations anormales.

L'Apollo a été acheté de la compagnie Labrador Marine, une entreprise de Lewisporte à Terre-Neuve-et-Labrador. Jusqu'à tout récemment, il assurait la liaison du détroit de Belle-Isle entre Sainte-Barbe à Terre-Neuve et Blanc-Sablon au Québec.