Le Soleil
Quelque 80 thanatologues et directeurs funéraires étaient réunis au pavillon La Laurentienne de l’Université Laval, mardi, pour un campus de deux jours sur l’évolution du domaine funéraire, organisée par la Corporation des thanatologues du Québec. Sur la photo : Chantal Brochu, directrice funéraire à la Maison Edgar Mercier et fils, Simon Garneau, conseiller aux familles et thanatopracteur au Groupe Garneau Thanatologue, et le docteur Alain Naud.
Quelque 80 thanatologues et directeurs funéraires étaient réunis au pavillon La Laurentienne de l’Université Laval, mardi, pour un campus de deux jours sur l’évolution du domaine funéraire, organisée par la Corporation des thanatologues du Québec. Sur la photo : Chantal Brochu, directrice funéraire à la Maison Edgar Mercier et fils, Simon Garneau, conseiller aux familles et thanatopracteur au Groupe Garneau Thanatologue, et le docteur Alain Naud.

Le milieu funéraire doit s’adapter à l’aide médicale à mourir

Anne-Sophie Poiré
Anne-Sophie Poiré
Le Soleil
L’entrée en vigueur de la loi provinciale encadrant l’aide médicale à mourir le 10 décembre 2015 a provoqué un changement de paradigme pour le milieu funéraire. Le deuil s’aborde différemment lorsque la date, l’heure et la manière dont la mort surviendra sont connues.