Émile Loranger rejette catégoriquement la motion qui réduirait son salaire de maire à celui de conseiller pour la période où son poste a été occupé par Sylvie Falardeau.

Le maire Émile Loranger de plus en plus isolé

Le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, était de retour au conseil municipal, lundi soir. Libéré d’une plainte de harcèlement psychologique, il retrouve son siège, mais en étant isolé, quatre des ex-conseillers de son équipe ayant claqué la porte.

L’ambiance était lourde pendant la séance extraordinaire. Les conseillers ont déposé une motion qui sera discutée en décembre pour rétrograder le maire et lui verser un salaire de simple conseiller pendant la période de la plainte d’avril à octobre. Sylvie Falardeau occupait le poste de mairesse pendant ce temps et les élus voudraient lui verser le salaire du M. Loranger.

«On pense que Mme Falardeau devrait être rémunérée pour ce qu’elle a fait. [...] C’est un règlement qui va être rétroactif pour 2018 et qui va suivre après», a expliqué le conseiller municipal indépendant Gaétan Pageau.

Une demande que rejette catégoriquement le maire Loranger, qui a le pouvoir de bloquer toute modification au salaire des élus. «Je trouve ça très décevant. Dans toute la saga, c’est ce que je trouve le plus décevant, mais ça ne m’empêchera pas de faire ma job de maire», a-t-il confié.

M. Loranger a bien l’intention de terminer son mandat, parce qu’il est convaincu d’avoir l’appui de ses citoyens. «Mes principaux conseillers, il y en a 17 000. Ce sont les citoyens», a-t-il insisté. Malgré la situation, le maire trouve du positif et il voit les choses différemment depuis sa mise à l’écart.

«Je suis quelqu’un qui a une facilité à aller chercher le positif, on m’a mis dehors, j’ai accepté, ça m’a donné le temps de réfléchir, de voir l’avenir sous un autre angle. Et le positif, c’est que ça me permet de me rapprocher des citoyens, je me suis aperçu que je m’étais plus rapproché de la fonction publique de la ville et un peu éloigné des citoyens dans le sens où je pensais au futur de la ville, mais il faut penser aux gens qui vivent dedans. Je redeviens de plus en plus le président du comité de payeurs de taxes de 1980», a-t-il mentionné.

Les 4,5 M$ de Québec pour payer les avocats

Lundi, les élus ont approuvé également à l’unanimité le versement d’une indemnisation de 4,5 millions $ de la part de la Ville de Québec, dans l’affaire des frais d’agglomération. Mais le maire Loranger veut utiliser cet argent pour payer les frais d’avocat. Le conseiller Pageau est en désaccord avec le maire sur ce choix qu’il trouve «questionnable». «Ce qui a été promis par M. Loranger, c’est que lorsqu’on recevrait de l’argent de la Ville de Québec, il rembourserait les citoyens, a-t-il rappelé. Maintenant, il nous dit qu’il ne veut plus rembourser les citoyens, il ne veut plus baisser le compte de taxes, il ne veut pas baisser la dette qui est en croissance.»

M. Pageau dénonce également le manque de démarche auprès de Saint-Augustin pour un paiement partagé des frais d’avocat. «La personne la plus heureuse aujourd’hui, ça doit être M. Juneau, il vient de récolter 6,5 millions $ payés par la ville de L’Ancienne-Lorette. Lui, il peut mettre cet argent sur la dette et M. Loranger dit qu’il va prendre le 4 millions $ qu’on va recevoir pour continuer à payer des avocats pour que M. Juneau puisse continuer de payer sa dette», a-t-il dénoncé.

Le maire s’est défendu en promettant d’envoyer un chèque aux citoyens le moment venu. Il estime aussi que les anciens conseillers de son équipe vont le suivre dans sa démarche. «Je présume de l’honnêteté de tout le monde, j’ai fait des promesses, mes conseillers aussi. L’argent qu’on va retirer à l’agglomération va être retourné aux citoyens. M. Pageau n’a pas fait campagne dans mon équipe, j’ai toujours tenu mes promesses et je vais le faire. M. Pageau aimerait utiliser l’argent pour bien paraître plus tard. Moi, je m’en fous, ce n’est pas mon intention. Oui, la ville va avoir besoin de taxer les gens pour le futur. Mais on le fera après le remboursement», a-t-il soutenu.

Le conseil a aussi approuvé la webdiffusion des séances du conseil municipal, une idée à laquelle Émile Loranger s’est toujours opposé dans le passé. La prochaine séance du conseil municipal de L’Ancienne-Lorette se tiendra le 27 novembre.