Lauréats

Lauréats : science et recherche

GAGNANT : GARY KOBINGER

› 8 janvier

Non seulement les avancées dans la lutte contre l’Ebola à la suite de l’épidémie de 2014 en Afrique ont permis de découvrir une nouvelle recette contre les infections, mais plus encore les chercheurs, dont Gary Kobinger, sont en train d’écrire «un tout nouveau livre de cuisine et de recettes qui serviront pour la création et la production d’une multitude de vaccins efficaces», illustre le microbiologiste. Le VIH, la malaria, la dengue, les formes d’influenza agressive pourraient bénéficier rapidement du nouveau livre de recettes.

«Avec les techniques de production de vaccins de la compagnie Médicago, nos méthodes de création de vaccins et de traitements, nous pourrions en l’espace de trois mois juguler une épidémie avec des moyens efficaces.»

«Quoi de mieux que de revenir à Québec pour ouvrir de nouvelles voies», raconte le natif de la capitale qui a fait ses études à l’Université Laval. «Je rêvais de revenir à Québec à cause de la qualité de vie, de l’environnement. Les ouvertures se sont créées rapidement alors que j’étais en Afrique», souligne celui qui a pris la direction du centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval au CHU de Québec.

***

Lauréats

Lauréats : loisirs et sports

GAGNANT : ALEX HARVEY

› 12 mars 2017

On l’a déjà surnommé le prince de l’équipe canadienne de ski de fond. Et ce dimanche matin finlandais du 5 mars, Alex Harvey a régné sur l’épreuve-reine de 50 km style libre des Championnats du monde FIS, une distance dominée jusque-là exclusivement par des skieurs scandinaves et européens.

Le fondeur de 28 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges est devenu le premier Nord-Américain à remporter cette course mythique, symbole d’endurance depuis 1925.

«Une demi-seconde sur une course d’une heure et 45 minutes, ça peut changer beaucoup de choses. Je m’en suis rendu compte, à Lahti et en Norvège, où les médias étrangers voulaient me parler, où les enfants voulaient prendre des égoportraits avec moi. Je sais que ma victoire aura un impact au Québec et au Canada, et c’est tant mieux», a reconnu le champion du monde.

«Ça ne me changera pas, parce que le ski de fond reste un sport humble, ce n’est pas un monde de “flasheux”. Au Canada, aucun skieur ne s’est jamais pris pour une tête enflée, il n’y a pas de danger pour que ça arrive.»

Alex Harvey constate que le ski de fond progresse au Québec. S’il y est pour quelque chose, il refuse d’en prendre tout le crédit.

***

Lauréats

Lauréats : jeunesse

GAGNANTE : VICTORIA CHOUINARD

› 30 avril 2017

Victoria Chouinard voulait simplement «essayer autre chose», comme on dit. «Ça me tentait d’explorer un autre domaine de la science, parce que c’est tellement vaste.» Son ouverture d’esprit lui a valu le Premier Prix des dernières finales provinciales d’Expo-sciences et l’a amenée jusqu’au Brésil durant l’été.

Étudiante en 5e secondaire à l’école Saint-Jean-Eudes, dans Charlesbourg, Mme Chouinard en était à sa troisième participation aux Expo-sciences. Après un projet de vulgarisation en 3e secondaire, puis «une expérimentation en chimie pour voir si des extraits de feuilles de légumes ont des propriétés antimicrobiennes», elle voulait «élargir ses horizons».

Un collègue de son père l’a mise en contact avec des chercheurs de l’Université Laval qui travaillent sur une technique d’inventaire biologique nommé ADNe, pour «ADN environnemental». 

Ses efforts, en plus de lui valoir les grands honneurs des Expo-sciences québécoises 2017, lui ont permis de rafler plusieurs bourses. 

«J’ai toujours aimé les sciences, témoigne-t-elle. Je trouve de plus en plus intéressant de comprendre le pourquoi des choses et de voir qu’avec la science, on peut changer le monde.»

***

Lauréats

Lauréats : arts et culture

GAGNANTS : OLIVIER DUFOUR ET BYRON MIKALOFF
› 5 mars 2017

Dans les jours suivant la fusillade à la Grande Mosquée de Québec, comme à peu près tout le monde, Byron Mikaloff dissimulait mal sa peine et son désarroi. Lui qui a grandi dans une famille de la Colombie-Britannique où les valeurs humanistes tenaient le haut du pavé a alors éprouvé l’irrésistible «besoin de faire quelque chose». Son idée lancée sur Facebook, le 31 janvier, comme une bouteille à la mer, d’organiser un «événement de compassion et d’inclusion» n’allait pas tomber dans l’oreille d’un sourd.
Saisissant la balle au bond, le metteur en scène Olivier Dufour accepte aussitôt l’invitation. En moins de trois semaines, les deux hommes réussiront à impliquer quelque 160 membres de la communauté artistique de Québec, de tous horizons, pour offrir le spectacle Ensemble, qualifié de «vibrant hymne à l’unité et à la diversité».
Les deux artistes refusent de voir leur ville ternie par ce tragique événement. «Québec est peut-être un peu ignorante, mais pas une société aussi fermée qu’on le laisse croire», lance Olivier Dufour.
«J’ai toujours pensé que la ville de Québec était la plus belle ville de notre pays. Il y a beaucoup d’amour et de générosité ici», conclut Byron Mikaloff.

***