David Poulin, coprésident de Nova Film, a eu une nouvelle occasion de célébrer puisque son équipe a remporté un Lion de bronze à Cannes.

Une notoriété venue de Cannes

En juin chaque année, tous les yeux de l'industrie de la publicité sont tournés vers Cannes, les agences comme les entreprises qui veulent une publicité capable de se démarquer.
Pour David Poulin, coprésident de Nova Film, juin 2017 était une nouvelle occasion de se célébrer puisque son équipe remportait un Lion de bronze au Festival international de la créativité de Cannes, avec la publicité conçue par l'agence lg2 et réalisée par Nova Film pour la bière Farnham Ale & Lager.
«Nous étions en compétition contre des géants comme Budweiser et Heineken capables de dépenser beaucoup d'argent pour leur publicité», raconte David Poulin. Ce qui n'est pas le cas pour Farnham Ale & Lager. Et ce n'était pas le cas non plus avec l'autre publicité, celle pour Krispy Kernels qui avait été honorée d'un Lion en 2014 toujours en partenariat avec lg2. Dans les deux cas, les publicités portaient sur des marques de commerce québécoises. 
Remporter un Lion à Cannes, c'est la consécration. M. Poulin rappelle que toutes les agences et les réalisateurs rêvent toute leur vie de remporter un tel prix au moins une fois. Car les contrats s'accordent non seulement en fonction des réalisations et du porte-folio des entreprises, mais aussi en fonction des honneurs reçus.
«Avant notre premier Lion, se souvient-il, les agences du reste du pays ne s'intéressaient pas à nous. Maintenant, les agences de Mont­réal, de Toronto et d'ailleurs au Canada ne nous boudent plus. Au contraire, elles nous font des offres. Nous avons même des demandes en provenance des États-Unis. Un Lion, ça nous donne une visibilité incroyable à cause des parutions dans les médias et dans les blogues.» Le Lion de Cannes, même s'il n'est pas toujours d'or, est synonyme de notoriété et aussi de contrats partout dans le monde.
«En soi, pour Farnham comme pour nous, c'est un petit miracle, ose M. Poulin. Nous étions dans la même compétition, contre les géants du monde de la publicité. Pour bien des gens, avoir gagné une première fois pouvait être un coup de chance. Avec le deuxième, nous démontrons une fois de plus qu'une petite entreprise de Québec peut réaliser des projets qui se démarquent à l'international. Ce n'était pas une coïncidence.»
Après ce prix, l'équipe de Nova Film a vécu une grande fierté. Une fierté qui a des conséquences intéressantes avec un carnet de commandes bien rempli. «Notre modèle d'affaires nous permet de travailler sur plusieurs projets à fois. Nous sommes une petite équipe de 14 personnes qui compte aussi sur un bon nombre de pigistes, entre 50 et 100 pigistes locaux selon les productions. Nous n'effectuons pas de démarchage auprès des clients, mais nous travaillons avec des produits et des marques auxquels nous croyons. Lorsque nous embarquons dans un projet, nous avons trois personnes responsables et un groupe de pigistes locaux.»
L'équipe de Québec a commencé à travailler avec des agences aux États-Unis entre autres dans des projets pour des annonces de jeux vidéo avec de grandes compagnies. Mais le rêve ultime de David Poulin et son équipe serait de travailler sur des projets de publicité qui serait diffusée pendant le Super Bowl aux États-Unis.
Nova Film, fondée par David Poulin et François Lallier, existe depuis 10 ans. Ils se sont connus à l'université dans le profil entrepreneurial. Passionnés de vidéo de sports extrêmes, ils ont décidé de travailler ensemble de façon plus lucrative dans le monde de la publicité.