Steve Huot, directeur général du Groupe Danse Partout, adore tellement ce qu’il voit dans les œuvres qu’il fait tout pour trouver la bonne clé qui ouvrira la porte entre les artistes et le public.

Steve Huot, le maître des clés

S’il y avait une image pour décrire le travail de Steve Huot, ce serait celle du «maître des clés». C’est ce qu’il réalise à la Maison pour la danse en dirigeant les destinées du Groupe Danse Partout.

Issu du monde du marketing, de la publicité, de la gestion et du management, il affirme qu’il n’est pas artiste, mais il aime les arts sous toutes ses formes depuis de nombreuses années. Steve Huot se qualifie de spectateur professionnel, une forme de spectateur alpha qui adore tellement ce qu’il voit dans les œuvres qu’il fait tout pour trouver la bonne clef qui ouvrira la porte entre les artistes et le public.

Comme le maître des clés, une fois la porte ouverte, il peut se créer des liens, des ponts entre l’artiste, son œuvre et les spectateurs.

Son art de gestionnaire, il a commencé à le pratiquer au début de la vingtaine. Il voulait changer de secteur de travail, sortir du carcan d’une agence, pour que son travail fasse une différence quelque part ou dans la vie de quelqu’un; avoir une intervention qui provoque un changement dans la société.

Consommateur d’art passionné, il découvre une passion qu’il ne connaissait pas : la danse moderne. Son amoureuse étudiante en danse lui a ouvert quelque part une première porte qui allait changer sa carrière.

«J’ai découvert dans la danse un univers qui m’a touché profondément. Une forme d’art qui m’a ému au plus profond de mon être. C’est dans ce domaine que je voulais travailler», affirme-t-il.

Il connaissait déjà la Rotonde comme lieu d’expression artistique. Il propose ses services à Johane Dor, mais elle n’a pas les sous pour un nouvel employé. Il lui propose, comme il est en chômage et qu’il existe un programme d’employabilité, d’écrire une description de poste qui permettrait la création d’un emploi. Chose dite, chose faite, il devient l’adjoint de Mme Dor pendant deux ans grâce aux subventions.

Ses talents dans la gestion et le marketing deviendront un complément dans l’organisation de la Rotonde, une des deux branches de Danse Partout avec l’école de danse. Il met en place un programme de développement et de mise en marché qui auront beaucoup de succès. Suivra un plan stratégique de croissance qui mènera à l’achat d’un lieu pour installer l’organisation et deux studios de danse au 336, rue du Roi, dans Saint-Roch, en 2005.

Johanne Dor annonce peu de temps après qu’elle souhaite laisser son poste de directrice générale pour revenir à ses premières amours dans l’enseignement de la danse. Steve Huot pose sa candidature et devient directeur général de la Rotonde en 2007. 

Sa vision de l’art et de la gestion ont fait au fil des années qui suivent que le conseil d’administration décide de créer une direction générale pour ses deux divisions. Cette fois, pas de concours. On lui offre la direction de Danse Partout et il poursuivra sa contribution au monde de la culture en créant, comme il l’illustre, «des contextes de diffusion de la danse» dans divers lieux, des contextes de rencontre entre les artistes et le public.

Aujourd’hui, le groupe s’est agrandi, le nombre de spectacles est en croissance et les spectateurs sont plus nombreux. Le visionnaire qu’est Steve Huot laisse une marque qui fait une différence dans le monde de la culture. 

Plusieurs concours de circonstance, des subventions tombées au bon moment font qu’il lance le projet d’acheter l’édifice de la rue du Roi pour y installer La Maison pour la danse. Non pas LA maison de la danse qui signifierait qu’elle est seule au monde, mais POUR la danse, pour les artistes, pour la création et la diffusion d’un art que le comble de joie encore aujourd’hui.