Ramatoulaye Seye a choisi de prendre sa place dans la société québécoise dans son milieu par le bénévolat.

Ramatoulaye Seye: déterminée à s’intégrer dans sa nouvelle vie

Lorsqu’elle a quitté le Sénégal avec son mari et ses trois enfants, Ramatoulaye Seye n’était pas dans une situation pénible au point de devoir changer de pays à tout prix.

Sauf que l’avenir de ses enfants était au cœur de ses préoccupations. Une grande traversée de l’Atlantique dans un nouveau monde pour toute la famille.

Travailleuse sociale de formation, elle œuvrait au palais de justice à Dakar depuis 17 ans. Son mari est docteur en biochimie. En arrivant au Québec en 2015, toute la famille devait vivre une série d’adaptations : nouvelle culture, nouvelle école pour les enfants, de nombreuses démarches pour faire reconnaître les diplômes, et puis le premier hiver à Québec.

Pleine d’entrain pendant l’entrevue, Ramatoulaye Seye raconte à quel point elle a voulu s’intégrer dans sa nouvelle ville, dans son nouveau quartier, pour apporter quelque chose de plus à la société qui l’accueillait. Sans contredit, elle est déterminée à tout faire pour s’intégrer.

C’est d’ailleurs cette attitude à Mme Seye qui a valu le Prix reconnaissance Pascale-Clément qui vise à honorer une personne issue de l’immigration dont le parcours d’insertion professionnelle et d’intégration personnelle dans la région de Québec est remarquable.

Pour se tailler une place sur le marché du travail, elle s’est retroussé les manches par une formation d’intégration avec Option-Travail en 2015, tout en effectuant du bénévolat et en travaillant dans un commerce de détail.

Son dévouement et sa propension à prendre soin des autres l’ont guidé dans ses démarches. Elle a fait 21 mois de bénévolat, huit heures par jour, quatre jours par semaine dans divers organismes pour se familiariser à la société québécoise.

Ramatoulaye Seye a choisi de prendre sa place au milieu des gens d’ici dans des formations et dans le bénévolat en attendant une reconnaissance de ses diplômes qui se fait attendre.

Bénévolat

Comme cette démarche prend du temps, elle a décidé de réorienter sa carrière en complétant une formation pour devenir préposée d’aide à domicile auprès des aînés. Pour elle, les aînés sont une richesse à préserver et à partager. «Nous avons un dicton chez nous, expose-t-elle. Lorsqu’un aîné meurt, c’est comme une bibliothèque qui se consume. Ces gens-là ont une sagesse, de l’expérience qu’il faut partager aux plus jeunes et à la société. Il faut faire en sorte qu’il soit en contact avec des gens pour partager leurs connaissances.»

C’est la raison qui la pousse à faire du bénévolat avec la Saint-Vincent-de-Paul de la paroisse Saint-Benoît à Sainte-Foy pour briser l’isolement de ces personnes.

Le bénévolat fait partie de sa façon de prendre sa place. Elle amène ses enfants lorsque c’est possible pour leur montrer le type d’engagement qu’elle a choisi. Son mari aussi fait du bénévolat. Et l’aîné de ses trois enfants sait qu’il fera du bénévolat l’an prochain au secondaire, ça fait partie de ses objectifs.

Les enfants âgés de 6, 9 et 12 ans, sont aussi déterminés que leur mère pour prendre leur place, Ramatoulaye Seye, autant dans les classes, avec les amis du quartier que dans les sports.

Créer son emploi

Tout cela l’amène à réfléchir et à penser à son avenir pour mieux s’intégrer dans sa terre d’accueil. Elle s’est inscrite au centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau pour créer sa propre entreprise en misant sur ses 17 années en travail social. Que ce soit au Sénégal ou à Québec, prendre soin des autres fait partie de ses valeurs.

Le lancement de son entreprise sera la réalisation de son rêve : être son propre employeur, tout en venant en aide aux aînés qui sont seuls et en situation d’isolement.

Et le premier hiver, on s’y habitue comment? «Nous avons pris toutes les informations pour savoir comment affronter cette saison. Les vêtements ont été choisis en conséquence et les enfants se sont amusés dehors avec les amis», expose-t-elle pour démonter une facette de sa détermination.