Professionnel associé au club de golf de Cap-Rouge, Pierre-Alexandre Bédard pratique le golf depuis son plus jeune âge.

Pierre-Alexandre Bédard: objectif PGA

Le golf fait partie de la vie de Pierre-Alexandre Bédard depuis son plus jeune âge, affirme-t-il. Son père était directeur général du club de golf de Chibougamau, alors les allées, les verts et les bâtons de golf font partie de son univers.

L’homme de 23 ans, professionnel associé au club de golf de Cap-Rouge, vient de voir sa jeune carrière récompensée par le prix Mike-Weir de la PGA du Canada le couronnant comme meilleur professionnel de l’année 2017 au pays. Il était professionnel depuis août 2016 seulement, et il obtient son prix après sa première année professionnelle.

L’objectif ultime sera d’évoluer dans le circuit majeur de la PGA.

S’il passe ses étés à Cap-Rouge, l’hiver se passe au chaud en Floride pour continuer la pratique du golf et les entraînements. «C’est 13 jours sur 14 de golf pendant une dizaine de mois par année, incluant la préparation pour les tournois», explique-t-il depuis Palm Coast, en Floride.

Bien qu’il ait joué au golf très jeune, il jouait aussi au hockey. Mais le «hockey, ça dure un temps, et il fallait que je prenne une décision. J’ai décidé de me concentrer sur le golf. C’est arrivé au moment où je me suis inscrit à l’Université Laval», se souvient-il. Il avait déjà à son actif de nombreux tournois de niveau junior en arpentant les terrains de golf du Québec.

Recrue de l’année

Étudiant en administration pendant une année, il décide de consacrer tout son temps libre au golf avec son entraîneur Mathieu Paradis. 

«J’ai été choisi le joueur de l’année par excellence et la recrue de l’année sous les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval, en 2015.» Il décide alors de faire le saut dans le circuit professionnel en 2016 après une autre année dans le circuit amateur.

Il s’est inscrit aux qualifications du Mackenzie Tour du circuit canadien de la PGA, qui se tiendront à la fin d’avril, à Lake Land, en Floride. Il se prépare activement pour affronter des golfeurs de partout au monde, alors que, l’an dernier, il n’y avait qu’une vingtaine de participants canadiens. «Ce tournoi fait partie de mon cheminement vers la PGA. C’est mon rêve. C’est mon but», exprime-t-il avec conviction.

Une journée dans la vie du golfeur commence par une matinée d’entraînement en gymnase. Puis, le golf le reste de la journée, incluant quelques heures d’entraînement. Depuis le 3 janvier, il n’y a eu que deux jours sans ronde de golf. 

«Avant la ronde, ce sera au moins une heure d’exercice pour le réchauffement et la mise en situation. Après la partie, il y aura un bloc de deux à trois heures d’éléments à pratiquer en fonction de la préparation spécifique aux tournois. D’une journée à l’autre, ce ne sera jamais pareil», précise-t-il.

Bien entouré

Il est en Floride avec un de ses bons amis, Sonny Michaud, lui aussi professionnel de golf, avec qui il pratique son sport tous les jours. Il est accueilli par un autre golfeur de la Floride qui les héberge tous les deux. «Je suis bien entouré et je reste en contact à distance avec mon entraîneur au Québec de l’Université. J’ai pratiqué en salle avec lui un bon mois avant de venir en Floride», ajoute Pierre-Alexandre Bédard.

Et le début de saison s’amorce bien. Il vient de terminer en huitième position lors d’un tournoi sur deux jours regroupant 102 joueurs. Il se prépare pour une série tournois de deux ou de trois jours à raison de trois compétitions par mois environ.

Après les qualifications du tournoi Mackenzie, Pierre-Alexandre Bédard devrait revenir à Québec en mai. Il espère une bonne position au classement pour entreprendre la tournée sur ce circuit canadien de la PGA.