À travers son histoire et la Fondation CERVO, dont il est le président du C.A., Michel Verreault souhaite faire connaître les symptômes de maladie mentale aux parents pour éviter certains drames.

Michel Verreault: la maladie mentale, une vraie maladie

Selon les spécialistes, une personne sur cinq au Canada sera touchée par la maladie mentale. L’Organisation mondiale de la santé estime pour sa part que d’ici 2020, les maladies dépressives arriveront au deuxième rang des causes principales du fardeau global en santé. Michel Verreault a vu sa vie basculer lorsque son fils a été atteint de la schizophrénie, à 22 ans. Depuis, il s’est investi pour la cause et il est devenu le président du CA de la Fondation CERVO, qui travaille à sensibiliser la population sur la santé mentale.

Le Centre de recherche du même nom développe en parallèle un outil pour diagnostiquer dès le plus jeune âge les prédispositions à souffrir d’une maladie mentale. 

Comme la majorité des Québécois, Michel Verreault, n’avait jamais entendu parler des symptômes d’une maladie mentale. Son fils faisait du sport, étudiait aux États-Unis et n’avait pas de problème particulier. En mars 2004, lors d’une visite à la maison, il s’aperçoit que son fils a un comportement un peu bizarre, mais il ne s’inquiète pas outre mesure. «Avec les examens qui s’en venaient, j’ai mis ça sur le compte du stress». Un mois plus tard, il va le chercher aux États-Unis, verdict, son fils souffre de schizophrénie. 

Cette nouvelle a l’effet d’une bombe sur la famille qui ne s’y attendait pas. Mais au lieu de s’apitoyer sur son sort, M. Verreault s’ouvre sur son histoire, et en 2012, il joint le C.A. de la Fondation CERVO. Il en deviendra le président un an plus tard et travaille depuis sans relâche pour changer les mentalités face à la maladie mentale. 

Financement

Il y a deux ans, la Fondation a lancé une grande compagne de financement de 10 millions $. Bell a déjà remis un million, Michel Verreault a également versé un don personnel de la même somme.

«C’est encore tabou la maladie mentale. Les gens n’osent pas en parler et consulter. Or, plus on va en parler, plus on va être conscient que ça existe. On commence seulement à en faire une priorité, mais il faut en faire plus. Il y a moyen d’atténuer les effets et de vivre une vie normale», fait-il valoir. 

En parlant à des spécialistes, M. Verreault a pris conscience que le suivi avec les patients est primordial. «Quand la bonne médication est trouvée, les malades pensent qu’ils vont mieux et ils arrêtent les médicaments, et là ils rechutent. Il faut les suivre et les inciter. Dans les hôpitaux, ils voient beaucoup ça. J’ai de la chance, mon fils prend ses médicaments, mais ce n’est pas tout le monde qui est entouré et accompagné dans cette épreuve.»

Examen de l’oeil

À travers son histoire et la Fondation, il souhaite faire connaître les symptômes aux parents pour éviter certains drames. «Si j’avais su, j’aurais pu intervenir plus tôt. Mon fils lisait la bible, son comportement n’était pas le même, mais je n’avais aucun point de repère. Maintenant, je peux dire aux parents si vous voyez que votre enfant se retire, a les yeux hagards, un discours décousu, ne passez pas sous silence les symptômes, il a peut-être une maladie mentale», explique-t-il.

En plus de sensibiliser la population et les parents, la Fondation finance, CERVO, le plus grand centre de recherche en neurosciences au Canada. Une partie des 10 millions $ ira à ce centre de recherche pour trouver de nouveaux médicaments. 

Depuis, plusieurs années, l’équipe du Dr Michel Maziade développe un appareil pour analyser la rétine. «À travers l’oeil, et la recherche génétique, on est capable de voir si un jeune peut développer une maladie mentale. On en est encore à l’étape des tests, mais cela sera une première mondiale et une grande avancée pour la médecine. On sera capable de mieux suivre les patients et de donner une meilleure médication», se réjouit M. Verreault, qui a fait passer le test à son petit-fils. «Tout est correct.» 

Du 6 au 12 mai, aura lieu la semaine de la santé mentale, l’occasion de démystifier cette maladie en #ParlantHautEtFort.