Marie-Ève Lachance et Mélanie Sicotte, copropriétaires de la Clinique de soins infirmiers de Lévis, sont gagnantes du concours national Futurpreneur Canada, dans la catégorie Audace. Le prix sera remis en mars.

Marie-Ève Lachance et Mélanie Sicotte, deux infirmières remplies d’audace

Il fallait de l’audace, beaucoup d’audace, pour Marie-Ève Lachance et Mélanie Sicotte lorsqu’elles ont décidé de quitter leur poste respectif à l’urgence de l’hôpital Saint-François d’Assise pour se lancer en affaires il y a cinq ans en ouvrant la Clinique de soins infirmiers de Lévis. Elles se connaissaient depuis plusieurs années à cause de leur formation.

Elles n’étaient pas les premières infirmières à songer à passer du secteur public au secteur privé. Pourtant, elles faisaient partie des rares infirmières au Québec à se lancer dans une aventure qui comprendrait une panoplie de soins de santé dans des catégories de pratiques que pouvaient exercer des infirmières sans avoir besoin de la supervision d’un médecin.

Le besoin d’autonomie était présent. Elles étaient pleinement conscientes, à cause de leur travail à l’urgence, qu’elles pouvaient faire bien plus dans l’administration des soins sans avoir besoin du docteur en médecine pour leur dire quoi faire. «On ne pouvait même pas donner une Tylenol à un patient qui s’était cassé le bras pour calmer sa douleur. Il fallait l’accord du médecin. Même chose pour une simple infection urinaire, on savait quoi faire», se souvient Mme Lachance.

Déjà, lorsqu’elles se croisaient au travail à l’urgence, l’idée faisait son chemin de se lancer en affaires. Elles ont organisé des rencontres de formations, des dîners-conférences pour la formation continue à l’hôpital. Et elles jasaient de la possibilité de créer une première entreprise, un café maman-bébés, alors que Mélanie Sicotte était enceinte, pour parler des soins aux enfants et de l’allaitement.

Projet complexe

Les deux jeunes femmes ont rapidement constaté la complexité de leur projet. Mais lors d’un dîner-conférence sur le leadership donné par la professeure Geneviève Roch, elles attrapent au vol une idée de la conférencière sur l’autonomie et les possibilités pour les infirmières de créer leur propre emploi.

L’idée lancée n’est pas tombée dans l’oreille de sourdes. Pourquoi ne pas ouvrir une clinique? Les deux entrepreneures s’attellent à la tâche, cherchent un local, planifient les besoins en fonction d’offrir des traitements qui vont plus loin que les prélèvements et les vaccins avec les ordonnances collectives de la santé publique. Elles pourront traiter des infections mineures, prescrire des traitements pour une infection urinaire ou des cas de streptocoques dans la gorge, ou pour des maladies transmissibles sexuellement comme la chlamydia ou la gonorrhée.

Depuis cinq ans, elles ont pignon sur la rue Étienne-Dallaire à Lévis, les deux travaillant à plein temps, tout en ayant une infirmière à temps partiel et une secrétaire à temps partiel qui peut donner des cours prénataux et des conseils sur l’allaitement.

Dans quelques semaines, en décembre, elles ouvriront une seconde clinique avec les mêmes services à Saint-Romuald, dans le secteur en développement près des ponts.

«Nous avons quelque 6000 patients, et nous voulons joindre encore plus de gens en étendant nos services, avec l’espoir que la santé publique confiera davantage d’actes délégués aux infirmières», souhaitent Marie-Ève Lachance et Mélanie Sicotte.

Le prix de Futurpreneur Canada vient reconnaître les efforts des dernières années de deux jeunes femmes toujours aussi audacieuses qu’aux premiers jours de leur entreprise, et qui ont toujours le feu sacré. Cela se voit dans leurs yeux pétillants et leur large sourire lorsqu’elles parlent avec passion de leur travail.