François Moreau

Lauréats : société

GAGNANT : FRANÇOIS MOREAU

› 30 juillet 2017

Pendant les jours du Rendez-vous 2017, le secteur du Vieux-Port grouillait de monde. La marée humaine, aidée par le beau temps, a permis de faire de l’événement un succès, 33 ans après Québec 84.

François Moreau, président de l’organisation, a vécu de grands moments de bonheur et de fierté qui lui ont fait pousser des ailes, affirme-t-il. «La population de Québec a embarqué dans l’aventure. Les gens ont fait montre de patience pour visiter les voiliers ou déambuler dans le Vieux-Port. Il n’y a eu aucun incident pendant les cinq jours.» 

Il revivait un grand rêve commencé en 1984 alors qu’il était guide touristique pour Parcs Canada pendant Québec 84, lors de la première venue des grands voiliers. Il avait vécu de grands moments à l’époque et il souhaitait faire vivre une aventure grandiose à la population, comme celle qui a imprégné sa mémoire de jeune adulte.

«Oui, c’était une longue aventure. Une aventure complexe dans sa logistique», signale-t-il. «Il fallait organiser la présence des voiliers dans 35 villes canadiennes. L’équipe a pu abaisser les montagnes et faire en sorte que l’objectif soit atteint», insiste-t-il avec la fierté dans la voix.

***

JEAN-FRANÇOIS BÉGIN

› 9 juillet 2017

Le chirurgien a parcouru 1545 kilomètres en cinq épreuves dans des contrées désertiques. L’exploit a aussi permis de récolter 65 000 $ pour la Fondation de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

«Une nuit, je me suis littéralement réveillé à 3h du matin. J’ai dit : je viens de trouver. Je vais faire les cinq courses, je vais les brander et je vais présenter ça à la Fondation.»

***

FLORIAN SAUVAGEAU

› 2 juillet 2017

Le professeur en journalisme de l’Université Laval a été reçu officier de l’Ordre national du Québec.

«Lorsque l’on reçoit un honneur comme celui-ci, c’est très gratifiant. En soulignant les éléments de ma carrière, je ne peux faire autrement que rendre hommage à ceux qui m’ont fait confiance au départ et tout au long de mon parcours professionnel.»

***

MATHIEU OUELLET

› 25 juin 2017

La 4e Grande journée des petits entrepreneurs, qu’il a fondée, a réuni 4200 participants aux quatre coins du Québec.

«Il faut montrer aux jeunes comme à leurs parents que c’est le fun d’être entrepreneurs. C’est tout le côté de liberté et de créativité que l’on trouve dans cette aventure d’un jour. Les jeunes apprennent à se prendre en main, à planifier, à organiser.»

***

Marie-Claude Chevrette

MARIE-CLAUDE ET CLAUDE CHEVRETTE

› 18 juin 2017

Ce sont les efforts de leur entreprise Éconoeau dans l’utilisation de l’eau de pluie qui leur ont valu la distinction Gustave-Prévost remise lors de la Journée mondiale de l’eau.

«Au moins 30 % de l’eau potable traitée que nous utilisons dans la maison passe par les toilettes. C’est un non-sens. En récupérant et en filtrant l’eau de pluie pour s’en servir pour les toilettes, la laveuse, arroser le jardin, les platebandes ou laver l’auto, on pose un geste plus intéressant qu’en utilisant une eau chère à traiter.» — Marie-Claude Chevrette

***

YVES BOURGET

› 28 mai 2017

En sa qualité de président-directeur général, il a mené la Fondation de l’Université Laval à des sommets, à plus de 53 M$.

«Il faut toucher les étudiants du campus avec le sen­timent de fierté d’étudier dans la plus vieille univer­si­té en Amérique du Nord, qui a aujourd’hui 350 ans.»

***

JOÉ JUNEAU

› 19 février 2017

Pour son programme de développement des jeunes par le hockey, au Nunavik, on l’a nommé «superhéros» de la persévérance scolaire. 

«Depuis 11 ans, je vois des jeunes qui découvrent la persévérance par le sport, l’estime de soi, la confiance, le respect des règles et de l’autorité. C’est comme cela qu’ils deviennent tenaces dans leur progression.»

***

BRIGITTE SAILLANT ET KARL SYLVAIN

› 29 janvier 2017

Ils ont été les premiers à Québec à accompagner une famille de réfugiés syriens, parrainée par le Comité d’accueil des réfugiés de la paroisse de Saint-Yves.

«Je souhaite à tout le monde de vivre cette expérience. Ça dérange, ça bouscule, mais ça fait du bien, ces histoires de familles.» — Karl Sylvain