Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Simon Desgagnés figure parmi les meilleurs étudiants-athlètes du pays.
Jean-Simon Desgagnés figure parmi les meilleurs étudiants-athlètes du pays.

Jean-Simon Desgagnés: à la recherche de l’équilibre gagnant

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Jean-Simon Desgagnés accumule les distinctions, il concilie parfaitement travail et études depuis quatre ans. «Il faut toujours y croire et l’équilibre va s’installer», assure-t-il.

Le sportif du Rouge et Or a connu toute une année, ses efforts ont d’ailleurs été soulignés à maintes reprises. En avril 2020, il a été sacré athlète masculin de l’année par l’Université Laval. Plus récemment, Desgagnés figure parmi les huit meilleurs étudiants-athlètes du pays, reconnu par U Sports.

«J’étais choyé et je me sentais privilégié. J’avais eu une super belle année, c’est une façon de me récompenser. De se faire comparer à des athlètes super bons, ça fait chaud au cœur», exprime-t-il.

Jean-Simon Desgagnés a déjà apparu dans les pages du Soleil en tant que lauréat du mois. En 2017, alors âgé de 19 ans, l’athlète avait retenu notre attention par son ascension fulgurante en athlétisme. Après deux sérieuses années d’entrainement, il revendiquait déjà plusieurs titres nationaux et internationaux.

Plus de trois ans et demi plus tard, l’excellence de son dossier académique mélangée à ses résultats sur la piste lui vaut cette reconnaissance de nouveau.

«Chaque année, j’apprends de la précédente et j’adapte une certaine routine. Je deviens habitué. Je trouve l’horaire le plus optimal à ma réalité chaque session. C’est toute une recette qui fait que ça marche! Tout ça s’aligne bien après 4 ans», explique l’athlète, qui en est à sa quatrième année au doctorat en médecine.

L’étudiant avoue que la pandémie lui a donné un coup de main pour concilier sport et étude.

«C’est un défi de plus, mais dans une réalité d’étudiant-athlète, faire les cours à distance amène une certaine mobilité. Par exemple, je m’entraine souvent le lundi à 10h30. Si j’ai un cours, je dois déplacer l’entrainement. Cette année, je pouvais déplacer le cours. On peut jouer avec l’horaire», note Desgagnés.

«Ça a été bénéfique sur le plan sportif et académique, même si c’est dur d’apprendre seul ou d’être loin de tout le monde. Ça m’a donné plus de contrôle sur mon horaire. Au niveau sportif, avoir une constance chaque jour, c’est la clé», ajoute-t-il.

Respecter ses ambitions

À son entrée dans le programme de médecine, Jean-Simon Desgagnés ne se voyait pas laisser de côté l’athlétisme. Naturellement, il a entrepris de mener sa carrière de sportif tout en évoluant dans le domaine qu’il aime.

«Le sport-études, je n’ai jamais vu ça comme un challenge. Je savais que ça allait être exigeant et pas de tout repos, mais jamais je ne me suis dit que je me lançais là-dedans en défi. J’aime ça et c’est par choix que je le fais. Je ne me voyais pas abandonner ni l’un ni l’autre.»

Les aspirations de l’athlète ont changé depuis trois ans. Si le coureur visait une participation au Championnat universitaire canadien de cross-country en 2017, il flirte maintenant avec une sélection pour les Jeux olympiques.

«Ça fait beaucoup parfois, admet l’étudiant. Mais les deux s’assemblent et j’aimerais pallier les deux le plus longtemps possible. J’essaie d’en faire une mission. J’essaie de montrer que si tu t’y mets, c’est possible.»


« Tu dois rêver un peu, même si ça semble irréaliste. Et chaque jour, tu ne dois pas remettre tes ambitions en doute. Tu fais ce qu’il faut pour qu’elles soient accomplies »
Jean-Simon Desgagnés


Le secret du succès de Jean-Simon Desgagnés? Ne jamais renoncer à ses ambitions. «Tu dois rêver un peu, même si ça semble irréaliste. Et chaque jour, tu ne dois pas remettre tes ambitions en doute. Tu fais ce qu’il faut pour qu’elles soient accomplies. Quand tu te lèves le matin, tu ne dois pas dire que ça ne te tente pas. Tu as décidé de le faire, alors tu mets les efforts, il faut respecter ses objectifs», soutient l’athlète.

Évidemment, Jean-Simon Desgagnés ajoute qu’il faut pratiquer son sport dans le plaisir. Même dans les durs moments, il faut courir avec le sourire.

«Il faut s’entourer des bonnes personnes et pas s’entêter à se dire que ça ne marchera pas. Si on se remet en question chaque jour, c’est sûr que ça ne marchera pas. Il faut respecter les ambitions qu’on avait au début», termine-t-il.

Jean-Simon Desgagnés accumule les distinctions, il concilie parfaitement travail et études depuis quatre ans. «Il faut toujours y croire et l’équilibre va s’installer», assure-t-il.