Quand elle entre dans une pâtisserie, Gaël Vidricaire ressent, le même émerveillement, la même magie qu’un enfant à Disney World.

Gaël Vidricaire: une pétillante pâtissière

Quand elle entre dans une pâtisserie, Gaël Vidricaire ressent, le même émerveillement, la même magie qu’un enfant à Disney World. En ouvrant sa boutique en 2016, la pâtissière s’est donnée pour objectif de transmettre cette sensation à ses clients. Elle a été nommée chef pâtissière de l'année dans la province par la société des chefs cuisiniers et pâtissiers du Québec.

Il faut dire que Gaël Vidricaire et la pâtisserie, c’est une véritable histoire d’amour depuis qu’elle est toute jeune. «Ma grand-mère faisait une pâtisserie pour chacun d’entre nous et elle y mettait beaucoup de cœur. À ma fête en mai, j’avais toujours un gâteau blanc avec des tulipes. C’était les premières fleurs qui apparaissaient dans son jardin. J’en garde un souvenir impérissable. C’est ce dont j’ai eu envie de partager», confie-t-elle.

Pourtant, Mme Vidricaire n’a pas commencé sa vie professionnelle comme pâtissière, elle est devenue chercheuse en science de la santé. Un domaine complètement à l’opposé de la restauration. Quoique. Les deux métiers ne sont pas si éloignés si l’on regarde de plus près. 

Laboratoire de création 

La recherche demande de nombreux essais avant de trouver la bonne molécule. La pâtisserie, c’est la même chose, selon Mme Vidricaire. «Il y a beaucoup d’essais et d’erreurs. Quand on teste une idée, le résultat ne ressemble pas toujours à ce qu’on avait en tête. En moyenne, il me faut trois essais avant d’obtenir la pâtisserie imaginée et parfois, ça ne marche pas», souligne-t-elle. 

Et depuis qu’elle a sa boutique, la pâtissière s’«éclate». Ses créations sont éphémères et son imagination n’a pas de limite. «Au début, je faisais des pâtisseries à la maison, mais à un moment donné, j’ai reçu une grosse commande et je suis devenue envahissante pour ma famille. Mon conjoint a vu le local disponible dans Montcalm et j’ai décidé de faire le saut et me concentrer à temps plein à ma passion», relate-t-elle. 

Le succès a été instantané. De nombreuses personnes qui n’avaient pas encore goûté à l’une de ses créations via l’infolettre ont poussé la porte de la pâtisserie. Gaël Vidricaire a également engagé des personnes pour répondre à la demande. «Chacun a une histoire, un palais, une sensibilité différente. On se challenge entre nous pour créer de nouvelles saveurs.»

Gourmandise et plaisir 

Et pour les personnes qui n’ont pas encore eu cette chance, une petite visite s’impose. On se retrouve dans un décor féérique où le plaisir des yeux se mélange au plaisir gustatif. «Lorsque je rentre dans une pâtisserie et que je vois des gâteaux bien exécutés, bien alignés, joliment décorés, le décor, les odeurs, je suis sous le charme», explique-t-elle. 

En plus des pâtisseries, Gaël Vidricaire propose des chocolats, des sorbets, et des confitures. «Les glaces, c’est la deuxième année que j’en fais. C’est le fun, les parfums, on peut en créer à l’infini. Quelles que soient mes créations, j’ai envie de me faire plaisir, de faire plaisir aux gens et de présenter des choses que l’on ne trouve pas ailleurs», fait-elle valoir. 

Mais où trouve-t-elle ses inspirations? «Partout, répond Mme Vidricaire. Je vais au musée, je vois des tableaux avec des couleurs, des effets. Au restaurant, je vois des associations que je trouve belles et je me dis, si je m’étais ça avec x à la place.»

Les créations de Mme Vidricaire dépendent également des saisons. Vous ne trouverez pas de gâteaux à la fraise en février. «Les fraises américaines n’ont aucun goût alors que je peux faire des merveilles avec les fraises de l’île d’Orléans. Il faut respecter les saisons, c’est le fun aussi de redécouvrir un produit quand c’est le bon moment», insiste-t-elle. «Je contrôle aussi 100 % de mes matières premières, j’utilise très peu de produits transformés, c’est comme si vous faisiez votre gâteau à la maison. Je ne mets pas beaucoup de sucre non plus, ce n’est pas une saveur en soi», poursuit-elle. 

Alors Gaël Vidricaire, pour reprendre la phrase préférée de vos clients, «qu’est ce que vous proposez cette semaine»?