François Dion, président de Levio conseils, est fier que son entreprise ait été honoré à deux reprises au Gala des Fidéides.

François Dion, artisan des changements numériques

PRÉSENTATION: Lauréat : François Dion, président de Levio Conseils.

Occasion : l’entreprise a obtenu deux prix lors du Gala des Fidéides de la Chambre de commerce de Québec, dans la catégorie jeune entreprise et comme entreprise de l’année dans la catégorie moyenne et grande entreprise.

Créer de la valeur dans la transformation informatique d’une entreprise en alliant les affaires et la technologie pour produire des bénéfices. Tel est le modèle de travail de l’entreprise Levio Conseils et de son président François Dion.

La compagnie existe depuis quatre ans à peine. Fondée en 2013, elle démarre ses opérations en janvier 2014. Du seul employé au départ, M. Dion est entouré aujourd’hui de 350 spécialistes en gestion et en technologie. «Nous devrions être 450 à la fin de l’année», soutient l’homme d’affaires à la recherche de nouveaux talents pour continuer la croissance de la compagnie.

La région a beau flirter avec le plein emploi, la rareté de la main-d’œuvre dans le secteur la technologie ne l’effraie pas. «Si la croissance a été rapide», avance-t-il, «c’est que nous avons ce qu’il faut pour attirer les gens. La culture de l’entreprise et nos valeurs font en sorte que les gens veulent venir ici».

Les valeurs

L’entreprise se spécialise dans la transformation numérique dans de projets touchant  les services financiers et les assurances.  Il se souvient de son premier grand projet : l’intégration des opérations de la division canadienne de l’assureur State Farm dans les opérations de Desjardins Assurances.

«C’était motivant un projet comme celui-là. Il y avait des travaux informatiques importants, la refonte des processus d’affaires. Il fallait faire atterrir tout cela dans une gestion des changements pour 4000 personnes», illustre-t-il.

L’orientation de Levio consiste à aider et à accompagner les entreprises dans les projets de transformation numérique ambitieux. Une partie de l’équipe s’occupe du volet «affaires» et une autre du volet  technologique. «Il faut nécessairement un lien entre les composantes du processus d’affaires et des TI pour générer du succès et des bénéfices pour la compagnie», explique-t-il.

Car Levio peut compter sur des spécialistes en gestion comme en technologie, jusqu’à la formation du personnel sur les nouveaux outils, du début à la fin du projet.

Un encouragement

Recevoir deux prix lors des Fidéides, ce fut deux grands moments de fierté. «Pas seulement pour moi, mais pour toute l’équipe», affirme M. Dion. «Nos efforts et notre vision d’affaires sont reconnus par des pairs. C’est une bonne tape dans le dos, une marque d’encouragement à continuer!»

Le siège social de l’entreprise est Québec, une fierté que M. Dion ne veut pas cacher. Levio a un bureau à Montréal, un autre à Toronto, et une filiale verra le jour en Illinois, aux États-Unis. Le premier employé américain est déjà embauché et il entrera en fonction au début de juillet.

Lorsqu’il a fondé sa compagnie, son objectif était de générer de la valeur dans les grands projets d’informatisation. Et le nom Levio, un terme latin qui signifie rendre plus léger, «c’est aussi être plus agile pour amener les gens de TI et des affaires à travailler ensemble de manière efficace pour les changements génère de la valeur et des bénéfices pour le client.»

Il mise sur les talents du Québec pour gérer des projets de 300 ou 400 millions $ en utilisant des méthodologies nouvelles,  en adaptant la recette au contexte du projet et de l’entreprise, et en cherchant à innover constamment.

«Notre vision, expose-t-il, est d’être un leader en transformation numérique dans l’industrie des assurances et de services financiers. Ça passe par une stratégie orientée sur les besoins du client, sur son modèle d’affaires. Nous devons gérer l’exécution du projet de façon agile avec une séquence planifiée des interventions. Nous implantons des technologies modernes incluant le passage par l’infonuagique et les techniques de microservices.»