Éric Lebel, président de Bliq Photonique à Québec, a lancé la première entreprise de fabrication et de distribution de microscopes spécialisés au Canada.

Éric Lebel, les yeux de la biophotonique

L’équipe de Bliq Photonique travaille dans une niche de la photonique qui conçoit des microscopes de haut niveau à des tailles aussi minuscules que le micromètre et le nanomètre pour des spécialistes de la biologie et de la chimie.

L’entreprise peut se targuer d’être la seule au Québec et au Canada dans la fabrication et la distribution d’appareils de microscopie en compétition avec les géants à l’international que sont les Leika, Olympus, Nikon et Zeiss. La petite entreprise, née en 2015, utilise des inventions exclusives qui lui procurent un avantage technologique sur la concurrence, de sorte qu’elle décroche des contrats internationaux dans la cour des multinationales.

«C’est comme si vous aviez besoin de phares à haute intensité sur votre véhicule, mais que le concessionnaire vous forçait à acheter un paquet d’options qui ne vous serviront pas et qui vous coûteront pas mal plus cher. Nous, nous développons des produits précis pour des besoins précis du client», illustre Éric Lebel, président de Bliq Photonique.

Les microscopes de Bliq Photonique n’ont rien de comparable à l’image que l’on se fait des appareils qui tiennent sur un bureau. Ces appareils utilisent des rayons laser de différentes sources dans des longueurs d’onde visibles et invisibles pour analyser des choses les plus minuscules possibles. C’est de la physique optique adaptée pour la biologie et la chimie, explique M. Lebel.

Déjà, la jeune pousse vient de répondre à une commande de 1 million $ en ayant dans sa mire quelque 8 millions $ en nouveaux contrats. «Notre départ s’est fait sur les chapeaux de roue», signale M. Lebel, qui dirige la compagnie avec ses deux associés, Daniel Côté, chercheur physicien, et Mathieu Champagne, entrepreneur spécialisé en gestion des affaires.


Québec, c’est la capitale nationale de l’optique. Être reconnu chez nous dans une collectivité d’affaires, c’est aussi une grande fierté et un grand honneur, car c’est important d’être accepté dans notre milieu
Éric Lebel

Pour l’homme d’affaires, avoir remporté le grand prix Création d’entreprise lors du gala national du Défi Osentreprendre signifie une reconnaissance importante, car le projet d’entreprise a été jugé à chacune des étapes par des experts en entrepreneuriat. 

«C’est important d’avoir cette reconnaissance au plan local même si nous travaillons dans le marché international. Québec, c’est la capitale nationale de l’optique. Être reconnu chez nous dans une collectivité d’affaires, c’est aussi une grande fierté et un grand honneur, car c’est important d’être accepté dans notre milieu qui compte beaucoup de chercheurs et d’entreprises dans le monde de la photonique», ajoute M. Lebel.

La vision de l’entreprise, expose-t-il, permet d’apporter de nouvelles ressources et de l’argent neuf dans la région comme au pays avec ses produits d’innovation. Le prix venait donc valider la vision et confirmer le modèle d’affaires de la jeune entreprise.

Le savoir-faire en biophotonique n’existait pas comme expertise commerciale avant l’arrivée de Bliq Photonique, assure M. Lebel. À peine deux ans après son démarrage, l’entreprise a embauché de nouveaux spécialistes. «Nous sommes en croissance, mais nous voulons une croissance logique», insiste-t-il. 

«Nous avons eu la chance de mettre la main sur des gens ayant 10 ou 15 ans d’expérience dans le segment précis de la microscopie. Il faut être en mesure de jaser sérieusement avec des experts de haut niveau en science et en biologie pour convertir le tout en un système de pointe en optique. Les gens qui travaillent avec nous, je les nomme les licornes, car ce sont des ingénieurs en optique capables de construire des systèmes complexes et en même temps réaliser des chirurgies sur des animaux. Ils ont des connaissances particulières dans les deux domaines», ajoute-t-il.

L’entreprise a pignon sur rue dans le parc technologique en plus d’avoir des laboratoires de recherche et de production à l’institut de recherche CERVO affilié à l’Université Laval.